Lynage

Un forum personnel pour stocker et essayer des écrits et designs sur forumactif
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Délicieuse rechute (hot)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:50


Il ne lâcha pas les lèvres de Zoya de tout le voyage malgré ses efforts pour le repousser et le calmer un peu. Obligée de gérer la débauche débordante de Saïd elle jeta un billet d'argent moldu sur la table pour payer son café et contenter la serveuse pour ne pas l'avoir dans les pattes. Le simple contact de sa main se glissant dans sa poche pour y récupérer l'argent qu'il lui avait volé relança l'excitation du sorcier qui ne se lassait pas de posséder ses lèvres charnues. Il les aurait arrachées et mangées s'il suivait ses pulsions primaires sans penser, mais cette bouche était bien trop précieuse pour qu'il ne lui fasse trop de dégâts.
Elle le tira hors de leur petit coin du café et le dirigea vers la sortie sous l'attention plein de reproche des autres clients. Se fichant éperdument des autres, Saïd se sentit bousculer plusieurs tables et chaises et alors que s'élevaient plusieurs plaintes sonores, il les salua tous d'un magnifique doigt.

Se laissant traîner avec force dans la rue, il eut seulement l'esprit de prier pour que sa blonde décide enfin qu'un endroit soit approprié pour leurs ébats. Lui l'aurait déshabillé peu importe l'endroit où le public, mais c'était sûrement parce qu'il avait passé 15 ans dans le coma.
Il se sentit soudainement aspiré et la nausée monta en lui comme une fusée lorsqu'il retrouvèrent un sol ferme. Il ne se souvenait pas que le transplanage lui donnait cet effet mais il avait clairement perdu l'habitude de voyager ainsi. Il mit un certain temps à se remettre et ne reconnu pas la ruelle même où le couple avait échangé leur premier baiser. Ravalant un peu de vomis, il ne s'inquiéta pas de son haleine avant de chercher immédiatement à retrouver les lèvres de la jeune femme.
Elle continua pourtant sa course et descendit dans les sous-sols d'un bâtiment. Intrigué d'emprunter des escaliers, Saïd observa un minimum les environs.

Ça n'avait rien de reluisant, rien de noble comme au Manoir des Wilkes et pourtant la vue des murs à la peinture écaillée, le vieux parquet, le bordel et l'ambiance fraîche et sombre excita Saïd à la façon d'un début de film porno très prometteur. Il était presque fasciné par l'effet que la vue de ce simple lieu où Zoya vivait, avait sur lui qu'il en oublia un instant son envie charnelle.
Ce fut sa blonde qui vint alors donner le feux vert aux festivités en mettant fin à son idiote contemplation d'un baiser ardant. Il ferma les yeux sur l'appartement ou la cave ou peu importe ce que ce lieu était pour se concentrer sur ces simples morceaux de chairs qu'il embrassa, lécha mordilla sans jamais se lasser. Il avait passé quinze ans à l'appeler idiotement dans le noir, il pouvait passer des siècles à simplement l'embrasser. Fasciné par ce contact si longtemps recherché, il ne remarqua pas tout de suite qu'on lui permettait bien plus que ça.

Mais ses bras ballottant vinrent finalement se servir d'eux même, saisissant puissamment la demoiselle par la taille. Explorant ses courbes comme si c'était la première fois, il se contenta du baiser encore quelques instant avant d'exprimer l'envie d'aller bien plus loin.
D'un geste expert pour un homme tout juste réveillé miraculeusement de 15 ans de coma, il tira son haut pour révéler ses magnifiques seins habillée d'un soutien gorge simple. Il les pressa doucement comme pour les saluer comme de vieux amis mais de débarrassa bien vite du soutient gorge. Le bas était par contre une toute autre paire de manche. Il avait toujours eu du mal avec les habits chelous de Zoya et comme il y a quinze ans, il laissa le soin à la jeune fille de s'occuper elle-même de ça.

Il n'eut cependant pas l'intelligence de lui laisser la meilleure situation pour se déshabiller car dès l'instant où ses mains se libérèrent, il la serra si fort qu'il n'y eu plus aucun espace entre leur deux corps brûlants. Sous ses forts avant bras, il pouvait sentir sa cambrure délicieuse et l'étreignit de plus en plus fort comme s'il avait voulu fusionner avec elle.
Sa respiration était saccadée et ses yeux commençaient à lui piquer mais il mit un certain temps à se souvenir qu'il devait parfois couper leur baiser pour respirer. Il se recula donc, Zoya toujours emprisonnée dans ses bras et s'adossa un peu contre la porte pour reprendre son souffle. Son coeur battait si vite et si fort qu'il se sentit presque paniqué. Elle était là avec lui et pourtant, elle lui manquait tellement.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:50



Les mains froides glissant doucement contre son dos brûlant le firent frissonner si fort qu'il en fut surprit. Elle lui ôta les mots de la bouche mais elle utilisait le passé, comme pour le rassurer et lui faire comprendre qu'ils étaient réunis à nouveau. Lui pourtant, n'avait pas du tout sentit les années passer. Il ne dirait pas que l'attaque datait d'hier dans son esprit embrumé, mais "quinze ans" sonnait toujours étrange à ses oreilles. Il s'était réveillé pour réaliser à quel point il n'avait été là et commençait à peine à ressentir tout la distance qu'il venait à peine de parcourir pour la retrouver.

Il ne répondit pas, mais ses yeux brillèrent avec une certaine tristesse. Avait-elle vraiment attendu quinze ans ? Elle l'avait attendue, lui ? Il ne savait pas s'il devait se sentir désolé ou énervé alors il un mélange des deux qui se perdit rapidement dans un baiser langoureux. Elle le poussa et s'éloigna pour défaire délicatement le laçage qui refermait son jean et il l'observa, médusé.

Alors qu'elle était assez loin pour qu'il n'entende pas son souffle, il se rendit compte qu'il haletait. Toujours adossé à la porte, la solitude lui fit se rendre compte de ses quelques faiblesses. Ses jambes tenaient difficilement et ses épaules étaient lourdes. Mais toute la douleur, tous les tracas, elle les chassa d'un simple sourire. On disait souvent de Saïd était un abruti fini, mais lorsqu'elle le regardait comme ça, il devenait simplement décérébré, avec ou sans sort ou coma.

Se jetant sur elle comme un animal affamé, il saisit l'invitation et vint se servir sur le buffet de son visage. Dévorant à nouveau ses lèvres, il ne passait que le temps que ses mains saisisse les fermes petites fesses de la blonde pour les soulever et les poser assez brusquement sur le comptoir de la cuisine. Il aurait juré entendre ses biceps hurler mais il n'avait maintenant besoin que de ses mains pour tirer le jean de Zoya et révéler ses longues et pâles jambes.

Il n'attendit pas plus de temps en jetant l'habit dans un coin pour quitter ses lèvres et venir embrasser la chaire lisse de ses jambes. Il n'avait jamais eu aussi de manger de la chaire humaine. Il caressa sa cheville osseuse, lécha sa peau douce sans même comprendre quel genre de pulsions le poussaient. Aveuglé et étourdi par la passion, il semblait presque oublier que le plus grand plaisir restait encore enfermé et serré dans son jogging.

Il remontait fébrilement le long de ses jambes embrassait ses cuisses, son aine, son nombril et enfoui son visage dans sa douce poitrine comme un enfant cherchant du réconfort.
- Zoya... appela-t-il d'une voix tremblante et suppliante. Il n'avait rien à dire, ou trop à dire, mais comme toujours il ne savait que dire en ces moments où les souffles désireux chantait de leur propre langage.

Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:54



Il brûlait, consumait de désir et pourtant il restait quasi inactif comme s'il ne savait pas comment obtenir satisfaction. Ou avait-il peur ? Peur qu'en demandant trop, tous deux se réveille de ce merveilleux rêve pour plonger à nouveau en enfer. C'était trop soudain, trop irréel pour que tous deux retrouvent les marques de leurs anciennes expériences et se retrouvant que après si longtemps, c'était comme une première fois.
Il découvrit son corps si familier et pourtant si nouveau. Il y trouvait douceur, délicatesse, envie et magnifique vulgarité et se fascinait d'elle sans plus songer à son propre corps, ses propres désirs. Mais elle, se foutant bien de la maigreur et des innombrables cicatrice qui lacérait son corps, le supplia d'un souffle de lui faire oublier tout autre chose que leur plaisir.
Elle l'entoura de toute part pour guider son homme perdu et alors qu'il la sentit onduler contre lui, il ferma les yeux, presque effrayé de pouvoir enfin se délivrer de cette faim insupportable.
Violemment, d'un coup de rein il finit par céder et laissa échapper un soupir rauque qu'il enfoui dans le cou de Zoya. Il eu l'impression de soudainement prendre feu mais la chaleur qui jusqu'alors n'était que fièvre étourdissante était devenu brasier dansant. Il la sentait, plus présente que jamais et invitait le soulagement se mêler à sa panique et sa solitude. Elle était sienne, elle l'avait toujours été et malgré ces quinze années, elle demeurait là, contre lui. Et lui aussi était revenu d'entre les morts, pour l'avoir à nouveau et jamais il ne la laisserait s'échapper à nouveau.

Pour s'en convaincre, il la serra toujours plus fort contre lui, ne se séparant d'elle que pour revenir plus près. Sa barbe mal rasée venait griffer la peau douce de son épaule et son cou et bientôt ce furent ses dents qui mordirent doucement sa peau. Il avait tellement faim d'elle qu'il ne s'imaginait pas nourrir son estomac affamé d'autre chose. Qu'avait-il prit au café ? Un Donus ? De la patte miéteuse comparé à cette délicieuse chaire frémissante de désir.
La surface dure et glacée du comptoir sur laquelle il l'allongea pour pouvoir se poser contre elle les firent frémir et chercher la chaleur de l'autre avec plus de passion encore. Il décolla son visage de sa chevelure emmêlée pour plonger son regard doré dans le sien et s'y perdre tant psychologiquement qu'il ne l'était physiquement. Guidé par ce cercle noisette il déversa dans ce puits de beauté coloré ses craintes, ses envies, ses espoirs, toutes ces choses compliquées que d'autres prenaient la peine d'exprimer par de belles phrases. Mais peu importe le temps et les rides sur son visage, il l'observa d'une expression qu'elle aurait pu reconnaître sur n'importe quel autre visage comme étant la façon de Saïd de dire : Je t'aime, je te veux, tu es mienne, pour toujours.

Frappé par moment par une étrange fatigue, un éreintement de corps mais aussi d'esprit, il ferma les yeux et déposa doucement son front contre le sien tout en continuant tendrement leur danse. Il fit tout pour profiter de cet instant, ne pas le laisser s'échapper mais il dû se rendre à l'évidence qu'après quine ans de coma, ce genre d'activité n'était pas chose la plus aisée.
Collant son front sur le comptoir froid aux côtés du visage de Zoya mais aussi ses avant-bras pour évacuer un peu de chaleur, il siffla doucement, frustré et suppliant. Il sentit enfin son corps se crisper mais pour lui apporter un mélange de souffrance et de jouissance plutôt qu'un réel soulagement. Combattant le mal d'un grognement bestial il serra la mâchoire et vint étouffer ses plaintes dans les douces et réconfortantes lèvres de Zoya.

Tremblant et fiévreux il se laissa reposer contre le corps chaud de sa douce pour reprendre son souffle et se remettre de la douleur. La soudaineté et la surprise du mal l'avait fait écarquillé les yeux mais il ferma les paupières comme pour se protéger de la situation. Il laissa quelque calmes respirations de Zoya le rassurer et il ouvrit un yeux timide.

- Je suis un vioque. grogna-t-il d'un ton à la fois gêné, désolé et amusé.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:54




Il partagea son rire léger et serein et ne pu que sourire d'avantage lorsqu'elle lui promis plus de plaisir à venir. Il déposa un petit bisou sur son bras et du rassembler assez d'énergie pour se relever et la laisser se retirer. Il grogna doucement en sentant la fraîcheur de la pièce venir contraster sur sa peau, le précédent contact brûlant de Zoya. Il cru avoir un petit moment de répis mais la demoiselle vint attraper sa main pour le mener ailleurs.
Affaibli, il la suivit sagement jusqu'à la salle de bain et la regarda entrer dans la cabine de douche. La précipitation et le désir incontrôlable lui avait fait négligé la beauté du corps nu de Zoya, mais il eu à présent tour le loisir de l'admirer. Il n'aurait çru que les années embellirait un corps de femme comme elles l'avaient fait avec Zoya. Celle-ci qui s'était retournée capta son regard gourmand et pervers et s'en amusa.

- Les Deux. Répondit-il bêtement. Je veux les deux.

Puis brusquement il entra dans la cabine pour posséder ses lèvres à nouveaux. Au diable la contemplation lorsqu'on a libre accès ! L'eau chaude qu'elle avait déclenché ruisselait agréablement sur eurs deux corps et c'est d'un soupir soulagé qu'il se détacha de Zoya. Il sentait son corps rétrouver peu à peu sa force dans la chaleur et le massage naturel de l'eau. Lorsqu'il rouvrit les yeux pour plonger son regard jaunâtre dans les siens, une lueur inquiétante brilla avec ardeur. La puissance semblait renaître en même temps que la menace.

- Je veux tout de toi. Reprit-il d'une voix grave et ronronnante, bien plus déstabilisante que celle qu'il avait il y a quinze ans. Dans la petite cabine de douche l'écho fit presque trembler les murs. Il la dévorait du regard et doucement, ses mains plus puissantes vinrent presser ses fesses rondes. Il eu un sourire en coin et n'attendait aucune forme de permission avant de doucement contourner ses hanches et venir la caresser en son intimité. Découvrir son corps, la posséder à nouveau. Lui faire plaisir ne faisait pas vraiment partie des objectifs et pourtant, il pouvait lire d'as ces yeux qu'il ne quittait pas, qu'elle adorait ça.



Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:54





Son expression jusqu'alors prédatrice se craquela lentement en un sourire tendre mais mutin. Elle était bien sienne et il n'avait rien a faire d'autre que de la transpercer de son regard et en la désirant pour qu'elle s'offre à lui sans détour. Continuant de l'inciter de ses caresses il hésita pourtant un instant, comme à chaque fois que sa blonde pensait intelligent de répondre de ses désirs par un ordre. Allait-il la laisser la, trempée et pantelante juste pour avoir le plaisir de voir comment les rides de sa si jolie expression de colère avaient trouvé leurs chemin sur ce nouveau visage ?

Il se mordit la lèvre en écho à sa mimique suppliante en essayant de lire dans son expression vulgaire et excitante si elle méritait cet nouvelle dance. Il la titilla d'un préambule, s'insinuant doucement en elle mais retira vite son doigt en faisant remonter sa main jusqu'à son bas ventre. Il s'approcha d'elle, colla son corps au sien jusqu'à ce que l'eau même faille renoncer à les séparer. Il eu un petit rire moqueur.
L'insultant d'un petit bisou sur le nez, il s'éloigna en la laissant seule dans la cabine de douche. Trop content de son petit coup, il oublia même de profiter de son expression et sortit de la salle de bain sans se retourner. Encore trempé, il secoua vigoureusement la tête pour essorer ses cheveux a la façon d'un animal. Il oublia qu'il n'avait plus tant de cheveux que ça. Il fut aussi surprit de sentir sa tête tourner affreusement et lorsqu'il arrêta de se secouer, il se laissa tomber lourdement sur le lit de Zoya, mouillant au passage tout le bordel qu'y s'y trouvait.

Heureux et propre, il retrouva la sensation d'être allongée comme un confort, un appel au repos auquel il serait ravi de répondre. Un cou de barre monumental le frappa sans qu'il s'inquiète de sombrer à nouveau dans quinze ans de néant. Y avait-il songé ? Se sentait-il loin de cette faiblesse ? Ou était-ce qu'il savait à présent que Zoya serait la à son retour ?
Quoi qu'il en soit, il lutta pour garder les yeux ouverts afin de pouvoir la sentir se coucher près de lui. Il ne tint seulement jusqu'à la voir sortir de la salle de bain et eu un faible rire en imaginant un peu sa tête a travers ses paupières mi-closes. Il ferma les yeux.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:55




Il lui répondit d'un paresseux grognement bien que sa remarque ne l'offusquait pas tant que ça. Il s'était trouvé sexy même quinze ans plus vieux mais devenir mature ? L'idée le répugnait toujours autant. Un sourire se dessina même sur son visage alors qu'il commençait à prendre cela comme un très beau compliment, mais il se reçu une serviette humide sur le visage.
Trop fatigué ou feignant pour la retirer il continua de somnoler en appréciant la fraîcheur qu'elle lui apportait. Moyennement attentif, il entendit Zoya ouvrir une armoire surement pour se revêtir. Saïd lui, demeurait nu et sans complexe sur le lit. S'il avait eu l'énergie, il se serait même amusé à faire l'étoile pour prendre le plus de place et déranger plus le bordel de Zoya. Il resta cependant immobile et se sentit lentement happé par le sommeil.

Zoya vint lui sauter dessus sans délicatesse et surprit, il sentit son début de repos lui échapper. Curieux et un peu mécontent, il leva la serviette d'une main pour observer le sourire moqueur de Zoya d'un oeil brillant. Elle ne vit pas les reproches qu'il lui lança silencieusement car elle vint tout de suite les calmer d'un baiser sur la nuque. Il sourit et cru un instant que la coquine avait décidé d'obtenir d'elle même ce qu'il lui avait refusé, mais elle s'allongea docilement à ses côtés et se glissa sous les draps.

Il tourna la tête vers elle, faisant mollement glisser la serviette pour découvrir son visage. A nouveau, il ne su en la regardant s'il devait être énervé ou attendri. Que faisait-elle encore là ? Il avait encore du mal à le comprendre bien que le contraire l'aurait révolté. Il l'observa curieusement et dégagea une mèche de cheveux qui tombait élégamment devant son visage. Fatigué, il l'était énormément et pourtant il n'eu plus aucune envie de fermer les yeux.

Se sentant un peu frissonner maintenant que la chaleur de la douche s'était changée en humidité glacée, il gigota pour se glisser à son tour sous les draps. Prenant Zoya par la taille, il la rapprocha de lui jusqu'à ce qu'il sente ses longues jambes le caresser naturellement. Tendrement, il l'embrassa, presque comme une excuse de ne pouvoir faire plus.
Mais alors qu'il s'éloigna doucement de quelque centimètres, il éclata de rire.

- Tu es irrécupérable. dit-il simplement pour exprimer son bonheur mais aussi son incrédulité. Il était vieux, comateux, chiant et refusait de la satisfaire. Il ne voulait pas lui demander de peur de n'avoir une réponse satisfaisante mais il ne cessait de se demander : Pourquoi était encore là ?


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:55




Elle lui répondit comme si elle avait parfaitement comprit l'idée qui trottait dans la tête de Saïd et il ne pu qu'être satisfait de sa réponse. Les grands discours n'avaient jamais été leur truc et bien que quelque chose en lui avait soif d'explications et de réponses, il se contenta bien de cette courte réponse de Zoya. Elle avait raison, ils étaient ensemble alors pourquoi de poser plus de questions ?

Il la laissa le caresser délicatement, curieusement, comme une enfant tournerait autour d'un gâteau qu'on lui avait interdit. Elle le découvrait aussi, bien qu'elle n'ait été celle à avoir laissé filé quinze ans de sa vie. Avec elle, il tentait de s'habituer à son corps de papy, sentant sa maigreur lorsque ses doigts délicats passaient de muscle à os, apaisant les douleurs de ses articulations rouillées par son simple toucher. Il sentit un sourire niais et amoureux l'assaillir à nouveau et il voulu s'empresser de l'enfouir dans les lèvres de Zoya mais celle-ci avait été attirée par autre chose.

Coupé dans son élan, il suivit son regard et observa son avant-bras brûlé. Bien qu'il l'ai déjà remarquée dans le café, il fut surprit. Il avait toujours trouvé que les cicatrices étaient comme des trophées, mais à côté de la peau lisse et pâle de Zoya, la plaque rugueuse était vraiment disgracieuse. De plus, il ne pouvait faire de celle là un trophée, il n'avait aucune idée d'où elle provenait.

Elle releva le visage, son nez caressant le sien, l'incitant à quitter sa blessure du regard. Elle lui sourit mais il n'était plus si joyeux et amoureux, plutôt troublé et à nouveau plein de question. Il l'observa, sa joyeuse paisible amoureuse et ne su s'il devait enterrer ses questions pour profiter simplement et silencieusement de leur retrouvailles.

Elle lui conseilla de se rendormir en lui promettant une vengeance et il lui répondit d'un petit reniflement amusé. Ouuhh, mais avec plaisir semblèrent lui dire ses yeux brillants mais la phrase resta dans sa gorge. En plus de son nez, il vint poser son front contre celui de Zoya, les liant par leur regard et leurs pupilles dilatées. Comme un baiser spirituel, il la fixa ainsi en respirant son souffle. Mais finalement tracassé, il s'éloigna et sortit son bras de sous les draps.

- C'est toi qu'as fait ça ? demanda-t-il enfin, mécontent mais aussi curieux. Il n'avait franchement aucune idée du pourquoi du comment.

Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:55



En effet, malgré le fait que Saïd n'avait aucune idée des raisons pour lesquelles il n'avait plus sa marque, sa question était pleine de reproches. Ses sourcils épais étaient froncés et ses yeux jaunes avaient perdus beaucoup de leur tendresse amoureuse. Il avait plutôt l'air d'un gamin énervé qu'on ai abîmé un de ses jouets.

Frustrée ou peut-être effrayée de cette facette de Saïd qu'elle retrouvait aussi, la blonde se retourna pour ne pas avoir à faire face à sa tête d'inconscient grognon. Elle lui rappela qu'elle avait tenté de lui expliquer, mais il leva un sourcil orgueilleux. Ça avait dû lui échapper dans la masse d'information ennuyeuse qu'elle lui avait débité au café. Pourtant ça n'avait rien d'inintéressant.
Saïd Wilkes était mort ? Quel genre de durite avait-elle pété pendant que lui était dans le coma ? Il fronça les sourcils de plus belle, tentant de comprendre si c'était là une plaisanterie, une façon poétique de parler ou la connerie de Zoya.
Un peu perdu mais de plus en plus énervé, il tenta de trouver une réponse pour lui expliquer mieux que la vue de son homme nu devant elle qu'il n'était pas mort, mais rien ne vint et elle s'en alla pour se vêtir un peu plus. Lorsqu'elle revint et se replaça là où quelques minutes auparavant ils s'étaient donnés l'un à l'autre dans une danse enflammée, l'ambiance était bien plus froide. Saïd la regarda simplement boudeur, ayant abandonné de lui expliquer quoique soit. Il sortit lui même du lit pour se vêtir de son pantalon.

L'entendant parler de l'ordre, son expression se durci, mimant quasiment celle de Zoya mais pour de bien différentes raisons. Avaient-ils vraiment besoin de parler de ça ? La seule chose qui les avait toujours séparé et qui avait foiré leur vie ? Il ne dit cependant rien, observant la colère de la blonde sans se rendre compte qu'elle alimentait la sienne. Dans l'amertume qu'il pu lire sur le visage de sa bien aimée, il goûta un échantillon de l'enfer dans lequel elle avait sombré ces quinze années.
Se justifiant d'un simple proverbe, elle lui expliqua qu'elle s'était débarrassé de sa baguette, ses papiers mais lui avait aussi brûlé l'avant-bras. Retenant sa fureur, le sorcier cru d'ailleurs sentir sa brûlure chauffer et le piquer. Sa mâchoire se serra, ses poings aussi.

La voir finalement sourire lui donna un étrange haut le coeur qu'il ravala avec difficulté. Était-elle fière d'elle ? Il n'arrivait à le comprendre. Elle avait détruit son arme tel un déchet, détruit son identité faisant de lui un vulgaire fugitif, un fantôme, une ombre lâche et faible et elle avait brûlé la preuve de son appartenance aux Mangemorts. Pensait-elle ainsi faire de lui quelqu'un d'autre ? Essayait-elle de se débarrasser de ses "mauvais penchants" comme s'il n'était que sa chose ? Son gosse ?

Elle le provoqua une fois de trop et c'est d'une claque monstrueuse qu'il la fit fermer sa gueule. Alors qu'elle chutait au sol, il se jeta sur elle et cru un instant qu'il allait l'étrangler mais se força à plaquer ses mains au sol de part et d'autre de son visage abîmé. La lueur de haine et de fureur qui brillait dans ses yeux dorés pu indiquer à la blonde qu'elle pouvait craindre bien plus de lui.

- Espèce de grosse conne ! lui rugit-il à la gueule avant de la claquer à nouveau.

- Tu crois que tu peux te débarrasser de tout ce que tu pense qui "ne va pas" chez moi ? Et ben bouseuse tu rêves ! Il n'y a pas de Saïd Wilkes mort qui tienne ! JE SUIS SAÏD SETH WILKES ! Je suis Mangemort et un particulièrement cruel alors estime-toi heureuse que je ne te mette pas à ton tour dans quinze ans de coma ! lui crachant cela avec un dégoût et une haine démesurée, il lui écrasa cependant les lèvres d'un baiser violent et amer avant de se relever. Perdu dans sa folie furieuse, il lui donna même un coup de pied dans les côtes avant que celle-ci ne puisse de relever.

Il s'éloigna enfin, saisissant son sweat pour recouvrir son torse encore nu. Il l'enfila d'un geste furieux tout en fusillant Zoya du regard. Soudainement calmé de sa fureur mais toujours énervé et agacé, il releva sa manche pour observer à nouveau sa brûlure.

- Tu connais un tatoueur ? lui lança-t-il comme s'il ne s'était pas passé plus qu'une petite engueulade. Pensant recouvrir cette blessure d'un nouveau tatouage, il ne se rendit pas compte qu'il laissait transparaître le doute qui l'habitait tout de même. Ça n'était pas Voldemort qu'il cherchait pour ce nouveau tatouage.

Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:55



Naturellement surprit de cette riposte, il tomba au sol sans pouvoir se retenir. Sa tête heurta le sol, l’étourdissant assez pour que lui même ne songe pas à se venger et envenimer le combat. Yeux écarquillés et furieux, il observa le visage de Zoya qui avait revêtit le même masque de colère. Elle l'avait sauvé ? Il avait du mal à le voir comme ça, n’imaginant que sa baguette lancé dans un brasier et son bras se faire mutiler. Ça n'était pourtant pas difficile de comprendre que masquer sa marque était essentiel pour lui permettre de se faire soigner à St-Mangouste, mais son orgueil l'empêcha de voir raison.

Il ne remarqua qu'à moitié la baguette qu'elle se faisait un plaisir de lui enfoncer dans la joue, trop fasciné par ce brasier agressive qu'il percevait dans ses yeux. Alors voilà le visage qu'elle avait lorsqu'elle était énervée. Il adorait.
Même quand elle lui cracha au visage, il eu un sourire amusé. Cette fougue, cette vulgarité, cette laideur, elle les avaient gardées et entretenues rien que pour qu'il puisse s'en délecter. Il voulu goûter sa colère et son venin mais elle écrasa avec force ses articulations. Il réprima un cri de douleur en se mordant la lèvre et la fusilla du regard. Quelle délicieuse salope.

Il laissa échapper un grognement de soulagement lorsqu'elle arrêta son supplice et rangea sa baguette. Allongé au sol, il l'observa prendre un T-shirt dans son armoire, un petit sourire provocant étiré sur ses lèvres. Il essuya le crachat et se releva assez agilement malgré son état physique et sa chute pour se glisser silencieusement près de Zoya.
Il l'entoura d'un bras tendre et la rapprocha doucement de lui. A sa proposition, il ria, un peu surprit de se rendre compte qu'il ne songeait pas du tout à Voldemort et la marque des Mangemorts qu'on lui avait pourtant ôté.

- Celui dont on ne doit pas prononcer le nom... C'est complètement bouseux. s'amusa-t-il croyant à une plaisanterie. Je m'en fou, je veux juste un truc moins laid que ce que tu m'as fait. dit-il en haussant les sourcils. Il les fronça ensuite.

S'en foutait-il vraiment de ne pas récupérer la Marque des ténèbres ? Il s'était pourtant battu, avait subit les pires supplices en suivant le mage noir. C'était dans sa guerre qu'il avait perdu quinze ans de sa vie, n'avait-il réellement aucune pensée pour ce connard prétentieux ? Ou avait-il peur de retrouver cette vie ? Il y réfléchit un instant, son regard soucieux se perdant au loin, mais finalement... Il haussa les épaules. Non, vraiment il n'en avait rien à foutre.

- Qu'est-ce que t'aimerais voir toi ? Sur mon corps magnifique ? Et je te préviens, pas de bite ou tu devra combattre une horde de tafioles courant derrière mon joli cul de papy.



Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:56




- Ouuh... Et tout le monde sait-qui ? continua-t-il de plaisanter alors qu'elle l'enlaça.

Il explosa de rire à sa proposition mais il aurait très bien put s'énerver à nouveau. Quelle petite prétentieuse. Elle lui vola un baiser en faisant s'emballer son rythme cardiaque d'une simple caresse sous le T-shirt et se détourna après l'avoir tendrement insulter. La blonde semblait s'énerver de l'effet que l'idiot avait sur elle mais elle ne se rendait pas compte à quel point elle lui rendait la pareille.
Un aigle bouffant un serpent. A cet instant l'image aurait été plutôt approprié tant il était près à faire n'importe quoi pour un peu plus.
Un peu déçu de n'avoir plus que cette simple caresse, il ne perdit pourtant pas le sourire qu'elle avait de nouveau dessiné sur ses lèvres. Il laissa échapper un simple sifflement et fourra les mains dans ses poches comme un gamin boudeur. Il l'observa se préparer à sortir alors que lui n'avait rien du tout. Quelque peu envieux, il jeta un nouveau regard à l'appartement miteux de Zoya en se demandant ce qui pouvait bien lui rester.

Pouvait-il retourner à son manoir familial ? Il lui restait beaucoup d'affaire là-bas, à moins que sa chère et tendre se soit aussi amusée à tout détruire là-bas ? Il se mordit la lèvre. Encore des questions, encore des tracas. Si seulement il s'était réveillé les poches pleines et en possession de sa baguette, il n'aurait plus qu'à crécher ici avec elle.
Il détourna son regard du bordel de Zoya et la suivit dehors, saisissant au passage sa petite main dans la sienne. Il ne l'avait jusqu'alors pas remarqué mais la différence de taille avait grandit et sa main enserrait maintenant facilement la totalité de celle de Zoya. Cela le fit sourire.

Ils remontèrent les étages qu'ils avaient descendus et sortirent bientôt dehors. L'air lui sembla plus chaud que celui de l'appartement et le soleil d'une journée bien entamée finit lui faire plisser les paupières. Était-il réellement resté quinze ans dans une chambre d'hôpital sans manger ou boire, ou parler ou bouger ? Il serra la main de Zoya un peu plus fort. Quel horrible compagnie avait-il du être. L'avait-elle vraiment attendu, endormie bêtement comme il l'avait trouvée à son réveil ?

Il la regarda, une lueur d’inquiétude et de trouble dans le regard, mais s'empressa de regarder ailleurs pour ne pas qu'elle s'en aperçoive. Il ne marchèrent pas dix pas pour que les souvenirs vinrent le frapper. Des souvenirs qui pour lui n'étaient pas aussi lointain que pour Zoya et pourtant il su qu'elle ne l'aurait oublié.
Les bennes à ordures dégueulassaient toujours autant la ruelle, mais c'est avec nostalgie et tendresse que tout deux arrivèrent là où ils échangèrent leur premier baiser, étrange et pourtant libérateur. D'une petite pression de ses doigts, il attira l'attention de Zoya sur son grand sourire suggestif. Elle comprit et comme il y a tant d'année, il s'embrassèrent, elle, adossée à une vulgaire poubelle, lui, lui délivrant le plus sincère des baisers. Dans la répétition de leur premier baiser, il n'y avait aucun regret et de ce simple fait, ils surent que tout ça en valait le coup.

Il l'emprisonna un peu plus longtemps dans leur moment en saisissant se cheveux et en tirant un peu plus sur ses douces lèvres mais finit par se détacher et la contempler, radieux. Il joua un peu avec ses mèches blondes.

- J'aime tes cheveux. dit-il avec tendresse mais avant que le compliment ne puisse faire sourire la blonde, il déposa sur cette belle chevelure, une peau de banane qu'il avait trouvé de son autre main pendant leur baiser.
Explosé de rire, Saïd s'empressa de s'éloigner d'elle pour éviter une éventuelle castration. Mais ne sachant pas vraiment où aller il ne s'éloigna que de quelques mètres et se délecta de la colère de Zoya.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:56




Elle lu cria dessus, ne déclenchant chez lui plus de rire et de moquerie. Depuis quand était-elle si coquette ? Ils s'embrassaient dans une ruelle répugnante, un peu de déchet ne devrait pas lui poser de problème et pourtant elle lui lança une conserve au front. Ou peut-être aimait-elle tout autant s'énerver et faire chier que lui ? Oui c'était plutôt ça.

Pour la narguer, il s'approcha d'elle et huma bruyamment sa chevelure en revêtant une vulgaire et factice expression de délectation intense. Il ne sentit rien de plus que son parfum envoûtant et naturel avec un soupçon de banane. Il continuèrent leur cours chemin et elle s'arrêta en désignant une échoppe sans signe particulier. C'était simplement très poussiéreux.
Intrigué il chercha une explication auprès de Zoya mais celle-ci fixait simplement l'endroit d'un air songeur. Elle murmura, se remémorant lorsqu'elle avait elle même reçu un tatouage de la baguette du Seigneur des Ténèbres. Saïd aussi tenta de s'en souvenir, mais ça n'avait pas été la chose la plus douloureuse qu'il ai connu, donc il ne parvint pas vraiment à prendre cette expérience en référence. Il haussa les sourcils, douloureux ou pas, il allait se faire tatouer.

Se laissant guider, il la suivit à l'intérieur de la boutique. A l'entrée, un elfe le fixa de ses grands yeux puis se tourna vers Zoya avant de courir prévenir son maître. Sans vraiment savoir pourquoi, un certain malaise monta en Saïd qui pressa doucement la main de Zoya pour se rassurer. Comment ce petit serviteur ne pouvait-il pas lui rappeler Selfi, sa propre elfe qu'il avait négligemment battu à mort sous un coup de colère ? Selfi qui ensuite était revenue le tourmenter dans son coma. Il avala sa salive.

Un homme apparu, maigre et tremblant de peur, comme un écho du passé. D'un air suppliant il rappela à Zoya qu'il avait payé.
Ne comprenant pas grand chose, Saïd ne put contrôler un certain sourire sadique alors que son rythme cardiaque s'agitait doucement au son de la peur. La blonde mit cependant rapidement fin aux craintes de l'inconnu et aux attentes de son sorcier. Il ravala ses élans de violences mais observa avec un certain dédain l'homme qui se tourna vers lui pour l'observer. Il sembla remarquer quelque chose de particulièrement incroyable ce qui ennuya Saïd plus encore bien qu'il soit un peu flatté par cette expression illuminée. On aurait dit que le tatoueur avait vu Merlin mais c'est d'un aigle qu'il parla.
Saïd renifla, plus vraiment intéressé par l'idée de Zoya. Il lui lança même un regard noir pour faire taire ses remarques.

- Quoi ?! Je suis venu pour recouvrir cette merde, pas pour me faire repeindre la façade ! s'énerva-t-il en s'approchant de l'homme d'un air menaçant. Celui-ci sembla se réveiller de sa transe et se recroquevilla alors que son elfe se mit à couiner.
- Ta gueule toi ! ordonna-t-il alors à la chose qui ferma immédiatement ses lèvres tremblantes. Il se tourna alors vers Zoya qui semblait s'amuser de sa petite colère, puis se dérida.
- Je suis sensé être un serpent ! se plaignit-il d'une petite voix puérile.

Il n'avait aucune idée du tatouage qu'il pourrait utiliser. Il avait toujours trouvé la Marque des Ténèbres très kitch avec son crâne et ses petits serpents dansants. Mais un aigle dans tout le dos ? Il fallait être américain pour ça et un américain très con. Pourtant l'idée que cet aigle pourrait représenter sa Serdaigle à lui le fit hésiter.
Il l'observa d'un oeil jaune, hésitant.
- Okay ! Tatouez moi donc une bite si c'est la seule idée que t'as. dit-il alors renonçant à se pencher plus longtemps sur la question. Il ôta son sweat, dénudant la partie supérieure de son corps. Il était à sa disposition, tel une toile vierge prête à être peinte. Bizarrement, la sensation de soumission lui plut légèrement bien que ses sourcils froncés assombrissait son visage. Écartant ses bras pour révéler sa sèche anatomie, il défia Zoya du regard.

Après tout, il pouvait toujours se fâcher plus tard.



Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:56



Il vit l'homme s'approcher de plus en plus de lui avec son air illuminer, ayant apparemment déjà oublier à quel point Saïd pouvait être menaçant. Mais cette fois ce dernier joua le jeu et s'écarta petit pas par petits pas en appelant Zoya au secours du regard. Elle chassa le tatoueur et lui demanda de quoi dessiner.

Surprit, Saïd l'observa saisir le morceau de parchemin et l'étrange crayon qu'il lui tendit et se mettre au travail. Il lui laissait le choix du tatouage mais de là à le dessiner, il ne s'y attendait pas. Il ne su s'il devait s'en sentir flatté ou inquiété car il ne se souvenait pas s'être intéressé à ses compétences de dessins. Il connaissait le genre de chose qui traînait dans l'esprit de sa blonde alors un instant, il cru vraiment qu'il finirait, un phallus tatoué sur l'avant-bras.
Il la regarda dessiner un moment sans vraiment s'approcher, puis s'assit paresseusement sur un des fauteuils poussiéreux de la boutique. Le propriétaire curieux de se voir ainsi désœuvré, s'approcha dans l'espoir de voir par quoi on remplaçait son travail mais il fut violemment rembarré par la blonde. Au moins, elle paressait concentrée.

Ennuyé, Saïd se mit à observer les environs d'un air blasé. Rapidement, son regard croisa celui de l'elfe de maison. Celui-ci s'était remit à le fixer de ses grands yeux, sans expression particulière. Pourtant Saïd s'énerva et comme la créature était à portée, il la chassa d'un violent coup de pied. L'elfe couina et chercha son maître du regard mais celui-ci avait réussi à dire son mot sur la création de Zoya. Saïd ne su toujours pas s'il devait se sentir rassuré ou inquiété qu'un vieil homme s'allie à sa jeune blonde sur ce tatouage.

Lorsque tous deux semblèrent satisfaits, Saïd sauta sur ses pieds pour tenter de savoir ce qu'on allait lui mettre sur la peau, mais alors qu'il s'approcha, le parchemin se vida. Aspiré par la baguette du tatoueur, le dessin était près à être appliqué sans consentement de la part de Saïd. Plutôt angoissé mais coopératif, l'ancien Serpentard soupira et laissa l'homme lui attraper négligemment le bras et pointer sa baguette sur lui.

- PAR LES COUILLES DU VIEUX MERLIN EN RÛTE ! s'exclama-il soudain, les yeux exorbité par la douleur lancinante qui lui parcouru la peau, les nerfs et le muscle de l'avant-bras. Il ne su si c'était la brûlure ou le confortable coma qui lui avait fait perdre l'habitude de la vraie douleur mais il ne s'attendait pas du tout à réagir ainsi. Se mordant la lèvre et soufflant comme un boeuf pour empêcher plus de témoignage de faiblesse lui échapper, il lutta pour ne pas cogner quelqu'un en défouloir. L'elfe qui ricanait dans un coin le méritait bien, tout comme ce vieillard indélicat, mais un regard vers Zoya le convint qu'il ne ferait que prouver sa faiblesse.

Plus le dessin approchait de la fin et moins la douleur se faisait vive. Saïd n'eu cependant pas l'esprit d'observer la beauté du tatouage, songeant déjà à si le retirer serait tout aussi douloureux. Il ne comprit qu'après quelques secondes que le transfert était finit et c'est vers Zoya qu'il lança un regard noir comme si cette mauvaise idée était venue d'elle.
Il regarda enfin la nouvelle marque qu'on lui avait apposé. Au sommet d'un crâne étrange se battaient un aigle et un serpent. La couleur verte du reptile se mariait bien avec la peau un peu gris mat de Saïd et les ailes écartées de l'aigle enlaçaient gracieusement son bras. La brûlure n'était pas complètement recouverte d'encre mais la texture brûlée de la peau donnait l'impression que le dessin se trouvait sur un vieux parchemin plutôt que de l'épiderme. Il ricana à la vue de l'expression choquée du crâne qui observait le combat au dessus de lui d'un oeil exorbité. Bien qu'il était dans leur camp, il ne put s'empêcher de rire en imaginant les Mangemort faire cette expression, gros yeux, langue pendante. Oh il était sûr que plusieurs avaient dû la faire cette expression en apprenant que Zoya était une traîtresse et qu'en plus de ça Saïd se la tapait. Ah, comme ils avaient fait les cons et comme ils les avaient bien bernés les cons.

Seul dans sa contemplation, l'idiot semblait comprendre plus de choses à chaque seconde de plus qu'il fixait ce tatouage. Imaginait-il des choses ? Se moquait-il ? Aimait-il ? Ou était-ce là un rire amer qui prédisait une tempête ? Zoya sembla soucieuse de la réaction du tatoué et lorsqu'il leva enfin les yeux vers elle, elle eu l'air attristé, effrayée. Lui pourtant, ne laissa paraître aucune colère avant de se jeter sur elle tel un prédateur.
Il s'empara de ses lèvres sans ménagement, l'enlaçant avec force. A travers leur baiser, elle pouvait sentir ses lèvres qui s'étirèrent en un sourire heureux. Il adorait. C'était sa façon de lui dire merci. Il s'embrassèrent longuement et fougueusement sans faire attention au fait qu'ils étaient chez quelqu'un d'autre. Lorsqu'il se séparèrent enfin, le sorcier était tellement assailli de bonheur qu'il tomba dans un fou rire inexpliqué.
Il mit quelques minutes de plus, tentant sans succès de calmes son rire en replongeant sur les lèvres de Zoya. Lorsqu'il exhala son dernier hoquet hilare, il essuya une larme au coin de son oeil et regarda à nouveau son tatouage en soupirant.

- Ouai, pas mal. C'est moins moche que la brûlure. dit-il hautainement sans parvenir à cacher son hilarité.



Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:56




Alors qu'ils s'apprêtaient à quitter les lieux et que l'elfe s'interposa dans l'espoir que son maître reçoive un payement, Saïd faillit l'enfoncer dans le plancher poussiéreux d'un simple pas sur son visage apeuré. Mais tenant la mains de Zoya, il réfléchit un instant et se ravisa. Elle semblait avoir un business avec le tatoueur. A la place, il servit au serviteur son plus beau sourire menaçant à vous faire glacer le sang alors que la blonde s'arrangea avec le marchand.

Ils sortirent et sentant l'air frais courir sur son tout nouveau tatouage Saïd y jeta un nouveau coup d'oeil. Un sourire amusé se dessina de lui même sur ses lèvres. Se posant devant lui, l'ancienne Serdaigle le questionna avec un sourire similaire. Il leva un sourcil plein de sous-entendu alors qu'il remarquait qu'elle se mettait à son service.

Il l'embrassa à nouveau, n'arrivant pas vraiment à songer une façon de profiter d'elle.
- C'est toi ma lubie. souffla-t-il au milieu de leur long baiser.

Que voulait-il ?
Après tant de temps à ne rien faire, il semblait avoir quelque peu perdu sa créativité pour faire chier son monde. Il s'en rendit compte et une certaine déprime le frappa alors qu'il quitta les lèvres de Zoya. Il baissa le regard vers son tatouage, puis sa main d'apparence faiblarde. Il eu une petite moue. Que voulait-il ?
Avant de sombrer il était overbooké, mais seulement parce qu'il suivait les ordre de Voldemort et jonglait avec le secret de Zoya. Y avait-il eu réellement un moment où il su quoi faire de sa vie ? La frustration et la colère monta lentement en lui alors qu'il réfléchissait. Son poing se serra doucement, tirant sur ses nerfs rouillés.

Lentement, il sortit de ses pensée et sourit à Zoya. Il était parvenu à effleurer un désir dans son esprit bien qu'il reste très vague.
- J'ai envie de buter quelqu'un. lui dit-il joyeusement.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:56




Il lui sourit sachant à moitié que dans l'esprit de la blonde cette demande n'avait pas la signification ludique qu'il lui trouvait. Tuer ou au moins amocher les gens, c'est ce qu'il avait toujours fait et toujours aimé et elle le savait bien. Amusé, il l'observa hésiter un instant.

Elle s'approcha alors de lui, prédatrice et séductrice. Il alla pour l'embrasser à nouveau mais Zoya sembla gourmande d'une autre sorte de sensation. Par ses lèvres et sa langue elle l’envoûta si efficacement qu'il hésita même à continuer de respirer. Il n'avait qu'une idée, dévorer les lèvres qui le titillait et danser avec sa langue, mais il apprécia tant le supplice du désir qu'il resta victime de son numéro de séduction. Clairement, la subtilité n'était pas une chose dont Saïd pouvait faire preuve, mais il adora.

Au bout d'un long moment de délice, elle s'écarta le laissant surprit et un peu déçu. Il rouvrit les yeux comme se réveillant d'un rêve o d'un affreux cauchemar, le souffle irrégulier et le coeur bondissant dans sa poitrine. Un frisson lui parcouru l'échine et lui fit se rendre compte qu'une partie de son corps bien loin des lèvres avait aussi énormément apprécier ce moment. Il se mordit la lèvre de frustration. Était-ce là sa vengeance ?

Mais ce fut agréablement surprit qu'il l'entendit répondre à son désir. Il en avait presque oublié sa précédente demande.
- C'est non donc ? demanda-t-il bêtement, se fichant finalement de ne pouvoir se défouler sur quelqu'un. Elle, réclamait sa puissance et sa fureur.

Il l'observa se dandiner devant lui comme une catin et il se mordit à nouveau la lèvre, se forçant cette fois-ci à se contrôler avant d'atteindre l'appartement de Zoya. Il marcha quelques pas derrière elle, comme un prédateur suivant sa bondissante proie.
Ils atteignirent la porte de l'appartement bien plus vite qu'ils l'avaient quitté et avant que Zoya n'ouvre la porte de leur septième ciel, il l'enferma dans ses bras et la ramena contre-elle. Elle pouvait sentir à quel point il la voulait et pourtant il prolongea le supplice quelques secondes de plus pour la narguer.

- Avoue, t'as attendu quinze ans juste pour ça. Cochonne. souffla-t-il contre son oreille, l'esprit déjà assailli de fantasmes pervers. La délivrant d'un bras, il ouvrit la porte et poussa Zoya à l'intérieur. Il eu un regard pour l'appartement mais n'eu la patience de choisir un lieu particulier et balança Zoya sur le lit.

Cette fois-ci, en quelques secondes il se dénuda, arrachant presque ses seuls habits par des gestes pressés et furieux. Se précipitant sur Zoya il s'empara enfin de ses lèvres, tirant ses cheveux pour mieux la prendre en main et la garder contre lui. De son autre main qu'il cala sans son dos au niveau des hanches délicates de Zoya, il la guida vers lui.
La surplombant complètement, il la perça avec force et bestialité. Immédiatement, il ferma yeux pour ne profiter de rien d'autre que leur contact charnel. Fasciné, il découvrait à chaque accoup un nouveau niveau de plaisir qu'il pensait pourtant déjà au maximum. Il dû s'appuyer sur le mur en tête de lit pour pouvoir posséder la délicieuse poitrine de Zoya.

- Je suis fou de ton corps. souffla-t-il et, en effet fou, il ne su pas sur quelle partie d'elle s'attarder. Elle était tellement parfaite dans ses bras.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:57




Il mit un certain temps à comprendre que la paume qui se posa sur son torse lui demandait qu'il s'allonge. Avec un sourire, il obéi et la laissa prendre contrôle sur leur plaisir. Ainsi allongé, il put admirer son corps mieux encore et en profita au maximum. Il grogna de plaisir lorsqu'elle vint le rejoindre à nouveau.
Une fois de plus, alors que Saïd était plus un être violent et direct, Zoya l’entraîna dans une danse plus souple et vibrante. Envahit par des vagues de plaisir à chacun de ses mouvements hanche, il tenta de contrôler un peu le rythme en posant ses mains autour d'elle.
Mais Zoya était bien décidée à mener cette danse et elle laissa doucement le rythme tomber. Le narguant de son regard coloré, elle ignora son ordre silencieux de ne pas le faire languir et le tortura lentement et avec expertise. Frustré mais plus loin du septième ciel il leva les yeux vers le plafond pour tenter de regagner un souffle régulier.
Mais bien décidée à mener sa douce vengeance au bout, elle se pencha vers lui accentuant de plus en plus les quelques lents coup de reins qu'elle lui administrait. Il suffoquait de plaisir et voulu s'emparer de ses lèvres pour y enfouir ses grognements de jouissance mais elle se pencha vers son oreille pour lui susurrer des mots qu'il ne comprit pas tout de suite.
Il l'écouta néanmoins, intrigué. La blonde avait tout fait pour le garder concentrer sur ses actions et pourtant elle s'amusa à le déconcentrer de ses ondulations délicieuse. Il remonta ses mains jusqu'à son dos pour la pousser vers lui et ainsi l'inciter à finir sa phrase avant qu'ils puissent continuer les choses sérieuse. Malgré cela, elle semblait décidée à jouer de lui sur les deux tableaux et il dût se faire violence pour rester attentif alors qu'on torturait son corps.

La guerre. Le mot vint faire jaillir tout ses derniers souvenirs depuis le brouillard noir, mais il ne comprit pas vraiment où Zoya voulait en venir. Ta gueule, on baise là, ça peut pas attendre ? aurait-il voulu dire pour la couper, mais déjà bien embêter de devoir subir Zoya tout en l'écoutant, il n'eu pas assez d'esprit pour lui répondre ou l'interrompre. La guerre recommençait.
Elle l'annonça d'une voix tremblante, suppliante et alors que Saïd tentait encore de voir l'intérêt premier de cette phrase tombant dans leur danse comme un sale croche pied, elle se redressa sur lui, l'observant avec une certaine inquiétude. Il lui rendit son regard, voulant la rassurer bien qu'il ne comprenne pas pourquoi il devait le faire.

N'en pouvant plus, il se redressa en faisant brûler ses abdos et son bas ventre. Enserrant le corps de Zoya pour qu'elle ne s'éloigne pas une fois de plus de lui. La poussant contre lui, il l'incita à continuer leur folle partie de sexe. Il savait cependant qu'elle n'aurait pas la tête à ça jusqu'à ce qu'il lui donne une réponse satisfaisante alors, il leva vers elle ses yeux jaunes.

- Ce n'est pas ma guerre. ronronna-t-il avant de la faire à nouveau basculer pour reprendre sa domination. Reprenant un rythme plus soutenu, il vint embrasser sa clavicule puis son coup avant de la fixer de son regard brûlant de désir. Il n'était pas vraiment du genre à parler et l'allonger dans un lit était d'ailleurs l'une des rares façon de le faire taire, pourtant, n'aimant pas la lueur qu'il voyait dans les yeux humides de Zoya, les mots sortirent le lui même.

- Zoya, je n'ai jamais quitté la guerre. souffla-t-il, se surprenant lui-même en sentant un frisson fragiliser sa voix. Il n'avait aucune idée de pourquoi ou comment la guerre dans laquelle ils s'étaient battus s'était terminée et à son réveil, il n'avait pas eu le sentiment d'être soudainement atterrit dans un monde sans conflit. Comment une guerre opposant deux idéaux, deux visions du monde sorcier pouvait-elle se terminer ? Lui s'était réveillé quinze ans plus tard et guerre ou pas il exécrait toujours les moldus et tout ce qui touchait de près ou de loin au mélange de leur monde au sien.

- Zoya... soupira-t-il en enfouissant son souffle dans sa chevelure soyeuse. Il se réfugia en elle comme lorsqu'ils étaient menacés par tous les participants de la guerre, Mangemort comme Ordre du Phoenix. Mais ils s'en étaient toujours foutus. Au diable la guerre, les idéaux et la logique, lorsqu'ils étaient ensemble plus rien n'importe.
Il la sera plus fort et toujours plus fort, l'emportant loin se ses peurs et ses tracas. Il l'embrassa sur le front comme il le faisait lorsqu'il sentait que la crainte s'insinuait en Zoya et la fixant de son regard doré, il la rassura de ces simples mots.

- Ta place est à mes côtés. Et mon côté a toujours été le tien.

Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   Jeu 17 Jan - 13:57


Il lut dans ses yeux que ses mots l'avaient rassurée et alors qu'elle lui caressa tendrement la joue, son visage se craquela d'une de dizaine de rides alors qu'il souria. Elle le sentait à son tour, tant qu'ils étaient ensemble rien ne pouvait les atteindre. Lui l'avait toujours su, mais les quinze années qu'elle du vivre seule avait effacée la sensation d'invulnérabilité qu'ils éprouvaient en ces moments où plus rien ne comptait à part eux.

Il ira doucement à ses mots bien qu'il n'était pas d'accord. Mourir était hors de question, la vie avec elle était tellement délicieuse.
Il vit alors l'expression de la blonde se changer. Les choses sérieuses pouvaient recommencer et recommencèrent immédiatement de plus belle. De chaque puissant coup de rein, il rattrapa ces quinze longues années, commençant lui même à les regretter amèrement. Sa frustration se mêlait à son plaisir toujours plus ardamment il lui répéta à quelle point il l'aimait.
Elle lui répondait sous forme de chant de jouissance qu'elle tenta de contrôler en serrant bestialement sa mâchoire sur l'épaule de Saïd qui ne pût qu'apprécier le piment qu'apportait la douleur. Dans une explosion de sensation, il se sentir partir loin, Zoya à ses côtés pour le voyage intense de l'orgasme.

Il reprit son souffle, ayant l'impression de sortir d'une envoûtante apnée et l'air frais déclencha en lui de derniers soubresauts de plaisir avant que d'un long soupir il se laissa reposer contre Zoya. Sa poitrine se soulevait doucement, berçant la tête de Saïd qui cala sa respiration au même rythme. Pour ne pas l'écraser, il se posa à côté d'elle une fois calmé.

- Je peux tuer quelqu'un maintenant ? Demanda-t-il d'un petit ton puérile en plaisantant. Ça arriverait bien assez tôt si comme elle le disait, la guerre allait recommencer. À croire qu'elle le faisait rien que pour lui et lui souhaiter la bienvenue. Bien loin des inquiétudes de Zoya, Saïd lui s'épanouissait en temps de guerre, ennuyé lorsque tout était paisible. Il se garda de lui dire mais elle le connaissait bien.

Dans un geste anodin, il lova sa tête contre la sienne et déposa une main sur son ventre plat. Fermant les yeux, il respira doucement, près à s'endormir et clore ce magnifique nouveau début d'histoire. Après une ellipse de quinze ans, pour Saïd et Zoya, il était une nouvelle fois.

Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Délicieuse rechute (hot)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Délicieuse rechute (hot)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Victoria Dahl] Délicieuse effrontée
» Délicieuse et surprenante langue française...
» ... Suite... "Le rêve est une délicieuse échappatoire"...
» Crème de betteraves, hummmmm quelle délice!!!!!
» Extrait de "2.25" : Le rêve est une délicieuse échappatoire...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lynage :: Forums RPG :: The Marauders Book V2 :: Saïd S. Wilkes-
Sauter vers: