Lynage

Un forum personnel pour stocker et essayer des écrits et designs sur forumactif
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.   Dim 22 Juin - 13:03








Sombre pâle nuit, sombre pâle Lune. Ennemie des esprits endormis souffle une brise glacée. Sombre belle lumière sur les silhouettes se hâtant le long des murs humides, comme des ombres fuyant frénétiquement les projecteurs de la nuit.
Le pas lent, la nuque droite, un homme évolue dans la rue sans gêne, sans hâte. Il se délecte de la nuit. Il se délecte de sentir cette peur viscérale du noir susurrer aux hommes de rentrer, cette peur qu'il n'a pas. Fuyez, acteurs déchu du premier acte de cette sombre douce journée, et laissez place aux vils danseurs et laids contorsionnistes. Sur la sombre sale scène, ils glissent et boitent comme de vieux démons, bercé par la noirceur mère de leurs désirs.

Levant un regard vers l'astre nocturne, pure et imposante, Cal Lawrence la salua avec un sourire. Il ne sera pas long, et bientôt, tous deux danseront dans l'esprit distordu d'un écrivain en mal de passion. Il s'engagea dans une des ruelles sombres et étroites.
Faisant face à une vieille porte de métal taguée, l'homme pourtant déterminé et dépourvu de tout sens d'interdit hésite. Au lieu de frapper sur la peinture verte décrépie, il saisit le manche de son parapluie boisé pour toquer trois fois de son bout. Derrière la porte, les rumeurs se turent un instant et la porte s'ouvrit.

- Qu'es-ce tu veux ? grogna un jeune homme donc l'hygiène buccale attira le regard de l'écrivain.

- Je viens acquérir. répondit-il simplement, cachant son dégoût d'un sourire poli.

- Wow un british ! Ouai... pardon, on fait pas les touristes. se moqua doucement l'adolescent avec un sourire qui découvrit plus encore ses gencives rongées et noircies.

- Je suis sûr que votre ami Jeff fait l'argent. répondit Cal en sortant une liasse ordonnée et épaisse de billets américains.

- Pff. Jeff ! Arrête-ça et amène ta queue ! Y a de l'argent cette fois. héla le gamin avant de s'écarter de l'encadrement de la porte.

Cal ne fit aucun mouvement pour pénétrer dans l'antre putride des dealers. Une porte s'ouvrit au fond du couloir et l'homme en charge approcha, torse-nu et le pantalon à peine ajusté.

- Ah ! Mon british ! J'sais pas, il est mignon aussi. plaisanta Jeff en faisant hâtivement sa ceinture.

- Je suis sûr que votre nouveau stagiaire est bien assez mignon. joua Cal en jetant un petit regard en coin vers l'individu indésirable. Mais son attention fut rapidement attirée par une nouvelle silhouette sortant du fond du couloir. Quelque chose l'interpella mais il ne su tout de suite de quoi il s'agissait.

- Ce que t'as dans la main est très mignon aussi. Alors qu'est-ce que tu veux cette fois ? demanda le dealer mais l'esprit de Cal était déjà bien loin de la transaction.

Son regard fixé sur la jeune femme qui s'approchait, il pouvait sentir un véritable ouragan brasser ses neurones. Qui ? Où ? Quand ? Qui ? Qui ? Qui ? Il pouvait sentir ce visage interpeller quelque chose au fond de lui mais il se trouvait incapable de mettre la main dessus. Rien de plus frustrant pour quelqu'un qui s'appliquait à l'étude des hommes et de leur particularité. Il n'oubliait jamais un visage, ou plutôt, il n'oubliait jamais un visage dont il voulait se souvenir, les autres n'effleuraient même pas son espace mémoriel. Alors qui ? Quand ?

- Eh ! Le bristish ! Jeff t'as causé.

Elle passa la porte et croisa l'écrivain sans même le remarquer alors qu'il restait figé, fouillant frénétiquement dans ses souvenirs ordonnés.

- Mec ?

- Virez-le, Jeff. Il est très importunant. lâcha Cal d'un ton sec avant de se détourner sans autre explication.

Il put entendre le dealer s'énerver avec incompréhension contre son stagiaire mais continua sa route. D'un pas hâtif, il rejoint la demoiselle au bout de la ruelle. Manquant un peu de délicatesse, il l'agrippa par le bras et la retourna pour qu'elle lui fasse face. La lumière de la Lune baigna élégamment son visage, ainsi que l'esprit de Cal. Mettant enfin le doigt sur son souvenir lointain, son visage s'adoucit et un sourire presque tendre étira ses lèvres.

- Je vous connais. dit-il d'une voix douce et enjouée. Rebonjour.



créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.   Lun 23 Juin - 20:20








La jeune femme se figea, laissant tomber son briquet dans un son métallique. Il était difficile de savoir si c’était l’homme qui l'interpellait qu’elle craignait ou si elle espérait seulement ne pas être reconnue en ces lieux sombres et malfamés. Dans tout les cas, elle recula visiblement apeurée et tenta d’esquiver le regard perçant de l’écrivain.

- Bien sûr que si. Je n’oublie jamais un visage. répondit d’un calme plat sans perdre son petit sourire. Il ne comprenait pas réaction de la jeune femme mais ne s’en inquiétait absolument pas. Pour beaucoup et presque tout, Cal n’était qu’un spectateur attentif. Peu importe les événements, ce n’était pour lui qu’une nouvelle péripétie dans un livre qu’il lisait paisiblement.
Lentement, il se baissa pour ramasser le briquet tombé au sol. Passa son pouce sur sa surface lisse et brillante pour chasser une saleté.

- S’il-vous-plait, ne soyez pas si tendue. demanda-t-il, faussant un petit rire embarrassé. Ai-je été auteur d’un quelconque malheur pour vous la dernière fois que nous nous sommes croisés ? Non. De plus, vous préfère plus calme. Tenez.
Son ton, calme et doux résonnait d’un écho ferme et autoritaire. Un écho de son court passage dans l’éducation peut-être. Il tendit le briquet à sa propriétaire, la fixant avec une insistance étrange qui ne le quitta pas jusqu’à ce qu’elle le récupère. On ne laisse pas un objet comme celui-ci sur le bitume.

Son regard s’attendrit ensuite, ne se lassant pas de redécouvrir ce visage découvert il y a tant d’année, à la lumière de la Lune. C’était comme rouvrir un de ses bouquins favoris et d’y redécouvrir ce qui nous a plus au premier abord, mais aussi des nuances et des subtilités nouvelles. Comme le temps faisait bien les choses, dessinant si logiquement de fines ombres sur ce visage qu’il avait connu si jeune. Le regard de l’écrivain lui aussi, s’était sublimé avec le temps. Cette courbe de sourcil le saluait comme pour la première fois et ce nez fin et droit, comme un vieil ami.

- Un si joli visage. Je me sens coupable d’avoir prit autant de temps à le replacer. murmura-t-il doucement pour lui-même, perdu dans sa contemplation.
D’un geste inconscient, il vint caresser la courbe si élégante de son menton de son index. Un geste qu’il avait esquissé dix-huit ans auparavant, de l’autre côté de l’océan atlantique, si anodin et pourtant concrétisant cette étrange répétition dans le théâtre de leur vie.  

Un jeune adolescent de 17 ans au même regard sombre et profond, ses cheveux sombres coiffés d’une raie sur le côté et son corps fin dessiné d’un costume cintré bleu marine au blason d’Oxford. Il s’était posé devant son regard vitreux, simplement témoin, simplement spectateur, comme l’admirateur silencieux d’un sombre tableau sur un mur de musée. Il avait eu l’audace de caresser curieusement son doux menton et de ramasser son portefeuille.

- Steinbeck. se souvint-il avec un sourire. Il n’accordait que peu d’intérêt aux noms mais celui semblait fait pour caresser tendrement son amour pour la littérature.

La jeune fille ne se souvenait peut-être pas de leur brève rencontre, ou du moins pas avec la précision avec laquelle avait capturé la mémoire de l’écrivain. Légitimement, car l’état de la gamine de 14 ans était loin d’être propice à la création de souvenir ce soir là. Mais elle le reconnaissait. Il pouvait le deviner de par la détresse dans ses yeux.

- Pardon, je m’emporte. Cette nuit en était une d’excès après tout. Je vous en pris, ne vous sentez pas captive de mon attention. annonça-t-il soudain en cessant son geste et en assagissant son sourire.  Il était toujours difficile de se souvenir des subtilités du comportement social lorsque quelque chose captivait son attention. Il se corrigea en baissant son regard insistant vers le sol, en signe de gêne et d’excuse.

- Néanmoins. ajouta-t-il avant même que la jeune femme ne fasse un pas pour s’éloigner de lui. Le monde et l’infinité d’histoire qu’il collectionne semble s’être plié en quatre pour nous voir réunis à nouveau. Pourquoi ne pas lui accorder cette redondance ? Peut-être, cette fois-ci, pourrions-nous parler un peu. Si cela vous sied. continua-t-il d'un ton étrangement espiègle.



créée par Matrona
[/quote]
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.   Mar 1 Juil - 20:04








La jeune femme était méfiante et manquait presque de tact. Ce n'avait pas été le cas la dernière fois que leurs chemins s'étaient croisés. Mais cela ne déclencha qu'un peu plus de joie et de tendresse dans les yeux de l’écrivain pour cet écho du passé. Il n'était pas contre un peu de nouveauté. De plus, si la jeune fille avait été en pleine mesure de ses esprits elle aurait peut-être bien réagit de la même manière la dernière fois.

- Railton Road, Brixton, Londres, Angleterre, UK. Un frais vingt juillet. répondit-il d'une voix douce et d'un ton assuré.
Il n'y avait aucun doute, ni dans les mots, ni dans son expression ou dans ses souvenirs. Il pouvait s'en souvenir comme si c'était hier, et de part la présence de cette même jeune femme sous la douce lumière de la Lune, il lui semblait presque que c'était d'aujourd'hui.

Il pouvait revoir les murs rougeoyant éteint sous un voile de nuit. Il pouvait entendre ses propres pas calmes le mener dans ces sombres rues à la recherche de quelque chose de nouveau, de palpitant. Il sentir son souffle se figer le temps d'un instant alors que ses yeux s'étaient posés sur la frêle silhouette.

- Enfance souillée. Innocence débridée. Beauté évadée. Un tableau digne des plus grands esprits de ce monde. Magnifique tragédie, drame adolescent, jeunesse fade. Exceptionnel

Les mêmes mots avaient traversés son esprit d'adolescent, mais aujourd'hui il choisissait de les partager avec elle. Il ne s’attendait pas à ce qu’elle y comprenne plus que des mots à la volée, ridicules et assumés. Il ne s’attendant pas non plus à ce que cela l’aide à replacer cette soirée oubliée. Mais après tout cette nuit n'était pas pour répéter une histoire déjà approuvée, mais pour une nouvelle histoire, une rencontre, un échange. Où cela allait-il les mener ? Quelque part de nouveau, de palpitant, espérons le.

- Je comprendrais que vous n'en ayez aucun souvenir. Cela fait dix-huit ans après tout. rectifia-t-il, laissant son air nostalgique pour un plus léger et joyeux.
- Partageons ce joint. Normalement ça n'est qu'après que la langue se délie. Il faut croire que même après tant d'année, vous demeurez une fascinante source d'inspiration. ajouta-t-il en laissant échapper un rire timide.



créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.   Sam 2 Aoû - 18:38








Le britannique accueilli le geste de son interlocutrice avec un fin sourire amusé. S'adossant contre un simple mur dans la pénombre, elle recréait sans le savoir la même scène qui les avait réuni il y a tant d'année.  Elle n'y voyait rien d'autre qu'un étrange opportuniste et semblait s'en ficher, concentrée par le bâton parfumé qu'elle roulait avec expertise. Lawrence la suivit et s'adossa en face d'elle, silencieux, observateur comme a son habitude.

- Je me nomme Cal Lawrence. répondit-il courtoisement. Il est aussi possible que vous trouviez mon nom dans les médias. Partageant d'histoire bien moins croustillantes j'imagine. Je ne suis qu'un écrivain britannique.

Il n’avait rien à cacher, rien du moins, qui pouvait être découvert d’un simple clic ou coup d’oeil à quelques magazines ou la reliure de certains livres. Ce n’était cependant rien qui puisse permettre à la jeune femme de se rappeler de leur rencontre. Il n’avait pas fait l’effort de se présenter ce jour là.

D’un geste délicat, il vint se saisir du joint soigneusement roulé qu’elle lui tendit et le cala entre ses lèvres. C’était étrange, la facilité avec laquelle elle l’acceptait comme partenaire pour la soirée. Malgré sa méfiance, ses doutes, elle n’avait pas hésité longtemps avant de partager son butin. Peut-être était-ce parce qu’il ne lui avait rien vraiment coûté ? Sa remarque confirma cette hypothèse.

Avec un sourire amusé, il sortit son propre briquet qui, d’un déclic métallique s’ouvrit et libéra une flamme dansante. Il la tendit vers la demoiselle avant de le porter à son propre joint. Inspirant doucement, il observa le bout s’embraser, libérant sa fumée dans ses poumons.

- Rien ne vous empêche de quand même vous servir chez Jeff. Je ne serais pas toujours là pour vous servir. ajouta-t-il d'un ton espiègle après la première bouffée.

Doucement, il glissa lui aussi contre son pan de mur pour s’asseoir, se fichant de salir ses habits taillés sur mesure. Il était prévu que cette soirée soit habitée de liberté, de négligence et de relâchement. Les règles ne tarderaient pas à se tordre et Lawrence ne s’obligea pas à attendre.

- Il faudrait croire qu’après tout ce temps, tant de choix et d’efforts, la vie  nous mène bien loin de notre point de départ. Et pourtant nous voilà, comme un écho parfait du passé. Il y a de quoi questionner le sens d’une vie, si sens il y a, lorsqu’on est immobile.

Fixant la jeune femme dans les yeux, il ne sembla pourtant pas vraiment s’adresser à elle, trop perdu dans un esprit entortillé de sa propre étrange manière. Il souffla longuement la fumée, se délectant de son poison sans pourtant en faire le centre de son attention.
Son regard se porta alors au ciel et à sa belle sombre Lune. Comme un rappel à la lumière, un rappel à l'intelligibilité et à la clarté. Lorsqu’il regarda à nouveau  la jeune femme qui l’accompagnait, il fut soudain plus présent, moins songeur.

- Il est encore tôt. Pourquoi ne m’en diriez-vous pas plus sur vous ?



créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Déjà-vu is for reincarnation believers and weak memories.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Episode 10: Believers
» Fear Itself : Dark Memories
» Les Cahiers Ukrainiens [mémoires du temps de l'URSS] d'Igort
» [ANIME] KURAU Phantom Memory
» [JEU] ZENONIA 2 - THE LOST MEMORIES : La suite du célébre RPG [Payant]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lynage :: Forums RPG :: Hannibal RPG :: Cal R. Lawrence-
Sauter vers: