Lynage

Un forum personnel pour stocker et essayer des écrits et designs sur forumactif
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Harcèlement du FanBoy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Harcèlement du FanBoy   Ven 4 Juil - 19:47




Sirius poussa un profond soupir en entendant une voix s'élever derrière lui alors qu'il montait simplement les marches des escaliers du hall. Il connaissait cette voix, mais il ne connaissait pas vraiment le garçon à qui elle appartenait, et il n'en avait pas l'intention. Doucement, il pressa le pas sans se retourner.

Il se souvenait d'un temps où secrètement, le Prince des Gryffondors se délectait de son renom et de l'admiration de ses camarades. Il aimait leur attention, leurs regards, leurs éloges et même leurs rumeurs et leur jalousie. Il se sentait comme un roi avec sa cour. Mais il n'appréciait pas cela pour lui seul. Car ce n'était que lorsque les Maraudeurs étaient réunis qu'ils resplendissaient vraiment. Remus et Peter s'amusaient de cette réputation mais pour James et Sirius, cela faisait réellement partie de leur identité.

Mais aujourd'hui on ne voyait plus les quatre cavaliers se pavaner d'un pas synchronisé dans les couloirs de Poudlard. Il n'y avait plus de sourires complices et de clin d'oeil, seulement des regards fuyants et des rictus nerveux. Il n'y avait plus de Prince de Gryffondor, plus de Sirius Black, seulement un élève effacé qui ne désirait que disparaître et être oublié.

Les autres ne pouvaient pas forcément le savoir. Ils se demandaient peut-être simplement quand les Maraudeurs déclencheraient une nouvelle panique générale, comme le prochain épisode de leur série préférée. Lentement, ils se retranchaient sur les spin-off, la Bande de Serpentards, les Jumeaux Weasleys ou le turbulent Elliot Rosier, et c'était peut-être mieux ainsi.

Certains s’accrochaient, comme celui qui tentait tant bien d’attirer son attention. Mais ce comportement, cette visible admiration n’apportait au Gryffondor qu’un amer goût de nostalgie et de regret. Il n’y avait plus rien à admirer chez Sirius Black. Il accéléra un peu plus jusqu’aux escaliers. Du bout de sa baguette, il tapota discrètement la première pierre de la rampe de l’escalier. Une astuce que peu connaissait qui ébranla immédiatement les marches sur lesquelles se trouvait le jeune Black.

Entendant le jeune homme grommeler en voyant coupée par un vide grandissant, Sirius s’autorisa à pousser un long soupir et à se retourner. Mais alors qu’il s’apprêtait à identifier un dos pour se rappeler de l’éviter en particulier, il vit avec horreur que le jeune homme prenait son élan.

- T’es fou ?! Arrête-ça ! cria-t-il paniqué mais il était trop tard.

Le jeune homme sentit son coeur rater une marche au moment où l’autre se rattrapait de justesse à la première de son escalier. Trop choqué, il ne fit rien pour l’aider à se hisser loin du vide. Au contraire, il recula même d’un pas.
Dans une autre vie il aurait applaudit l'exploit et n’aurait pas manquer de faire mieux et de bientôt lancer une dangereuse compétition, consulter ses trois compères pour établir des règles et officialiser le sport de saut à l’escalier. Mais dans celle-ci Sirius Black avait eu sa dose d’action et de danger. Cela e l’amusait pas du tout.
Mais avant de prouver définitivement au FanBoy que le Prince de Gryffondor était maintenant un vieil ermite aigri, celui-ci se releva vaillant et persévérant et s’avança vers lui.

Avant de pouvoir dire ou faire quoi que ce soit, Sirius se retrouva avec un poids frais dans la main. Il ne l’étudia pas tout de suite, trop préoccupé par le gamin fou qui envahissait son espace vital. Il l’écouta d’un air clairement contrarié sans vraiment comprendre quoi que ce soit à ce qu’on lui racontait.
Tout ce qu’il pouvait voir était la lueur d’excitation qui brillait dans les yeux du jeune homme. Cela lui procurait un mauvais mélange d’envie et de jalousie. L’entendre parler des Maraudeurs fut la goutte qui fit déborder sa patience. Il ne connaissait pas le gamin et celui-ci le suivait juste pour pouvoir mettre le doigt là où ça fait mal ? Et puis quoi encore ?

La colère de Sirius brilla dans ses yeux avant que les mots ne sortent de sa bouche et son poing se serra. Il se rappela de l’objet qu’il lui avait impoliment fourré dans la main et s’apprêta à le lui jeter à la figure lorsque son regard se posa une fraction de seconde dessus.

Son souffle se bloqua dans sa gorge, comme si son être avait subitement ravalé toute sa colère face à cette petite statuette de cerf. Il n’avait pas le droit d’être en colère, pas contre lui. Malgré le tourbillon de culpabilité qui l’envahissait, il sentit un sourire involontaire passer rapidement sur ses lèvres.
C’était là James tout craché. Un cerf doré outrageusement arrogant et pourtant d’une réelle magnificence. La stance de l’animal était fier, mais Sirius pouvait lire dans la petitesse de l’objet une prudence, une humilité. Il pouvait presque sentir ses petits yeux dorés le regarder, l’appelant avec douceur. James voulait lui parler, il voulait comprendre.

Une étrange chaleur monta en Sirius alors qu’il observait silencieusement cette statuette. La joie et l’espoir, des sentiments si lointains pour lui en ce moment, vinrent lentement chasser les regrets et la nostalgie. Depuis combien de temps le jeune Black n’avait posé son regard sur cette élégante silhouette boisée ?
Ces derniers temps, Sirius passait beaucoup de temps à gambader dans la forêt interdite sur ses quatre pattes. Il s’efforçait d’être présent chaque nuit de pleine Lune pour accompagner Remus. Mais il apparaissait toujours sous la forme d’un gros chien noir calme, distant  et peu bavard. Gambadant librement et attiré par la solitude, il ne croisait finalement jamais vraiment les autres.
Ce symbole de leur temps passé ensemble, des Maraudeurs, au creux de sa main, ne le rendit pas plus nostalgique qu’il ne l’était déjà. Au contraire, il lui susurra que rien n’était perdu à jamais. James était toujours là, Peter et Remus aussi. Le Soleil laissait toujours place à la Lune à la fin de la journée. Qu’est-ce qui les empêchait de retrouver ce qui leur était si précieux ?

Sur le moment, Sirius ne trouva rien et il se sentit idiot. Complètement stupide d’avoir fuit son meilleur ami alors que tout ce temps, il était celui dont il avait le plus besoin. Il sentit l’envie de courir le retrouver et lui sauter dessus, voler ces stupides lunettes et ébouriffer ses cheveux en désordre naître en lui.

Mais sa joie et son excitation se calmèrent subitement lorsque le Gryffondor se rendit enfin compte que son messager était toujours là, à l’observer.

- Euh… M-Merci, eh… balbutia-t-il embarrassé en se rendant compte qu’il ne connaissait pas le nom du jeune homme.
Il se souvint cependant qu’il y a quelques instants à peine, il s’apprêtait à lui jeter quelque chose à la figure. Cela ne l’aida pas à se sentir mieux. Il eu un petit sourire gêné.

- Je… Je vais peut-être paraître vieux en disant ça mais… Qu’après tant de temps… Tant d’années. Les Maraudeurs signifient encore tant et suscite encore l’admiration… C’est… C’est assez génial. confia-t-il d’une petite voix en se passant une main sur la nuque.

Car Sirius n’avait jamais réellement songé aux gens qui entouraient les Maraudeurs. Ça avait toujours été normal pour lui d’être admiré et adulé à Poudlard. Il était élégant, doué, avait du charisme et traînait avec l’explosif James Potter, il y avait de quoi susciter l’attention.  Mais les gens qui admirait vraiment les Maraudeurs n’étaient pas là pour quatre jolies frimousses et des ragots croustillants. Ils aimaient le courage, la solidarité, , l’insouciance, le fun, la fraternité, l’alchimie et l’aventure que représentait ce groupe d’élève, finalement comme les autres.
Amy, Camille, ce jeune homme et tout les autres, c’était eux qui leur rappelait ce qui était important au final. Et aujourd’hui, ce qu’ils avaient perdu.

Sirius sortit sa baguette et lança un regard espiègle au messager. Du bout de sa baguette, il tapota trois fois les bois du cerfs. La statuette s’anima, se ruant gracieusement dans la paume du sorcier.

- Mène-moi à cet idiot ! ordonna-t-il.

Le cerf bondit dans le vide et sauta contre la rampe d’un escalier voisin pour rejoindre le propriétaire originel de la statuette.

- Merci. T’es… T’es un vrai Maraudeur ! annonça Sirius au jeune homme joyeusement avant de prendre appui sur la rampe et sauter à son tour.
Il sentit l’adrénaline jaillir dans ses veines et entendit les cris des élèves à proximité. Décidément, cette pratique avait du potentiel sportif.
Sirius sauta sur un escalier en marche et couru derrière la petite statuette dorée. L’envie de se transformer lui aussi en quadrupède le titillait mais il se retint même lorsqu’il arriva dans un couloir vide.

Il couru à en perdre haleine et sentit un rire incontrôlable presser ses poumons. Décidément, Sirius Black adorait ses fans.


Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
 
Harcèlement du FanBoy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SOFT] BULLY BLOCK: Se protéger du harcèlement téléphonique [Payant]
» Un fanboy SONY dans toute sa splendeur
» Campagne contre le harcèlement en milieu scolaire
» Injures et harcèlement des femmes ....
» Le harcèlement moral : pour vous, c'est quoi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lynage :: Forums RPG :: The Marauders Book V2 :: Sirius Black-
Sauter vers: