Lynage

Un forum personnel pour stocker et essayer des écrits et designs sur forumactif
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Where there is light shadows lurk and fear reigns

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Where there is light shadows lurk and fear reigns   Mar 23 Sep - 23:00





Where there is light shadows lurk and fear reigns

   La musique de la fanfare tambourinait encore sous le grand chapiteau lorsque Thomas sortit de sa tente. Le calme était pourtant retombé pour lui et son rythme cardiaque avait retrouvé son tempo naturel. Clémentine se reposait dans le lit de son marionnettiste, la harpie était loin, tout allait bien. Pourtant Thomas ne parvenait à chasser l'echo de cette voix envoutante et rassurante de son esprit. Ne trouvant pas la paix, il s'était mit à faire les cents pas en marmonnant ce qui semblait être l'enrgistrement des quelques mots qu'ils avaient échangé. Finalement et sans rien dire, il s'était mit en route.

Il ne fallut pas longtemps au jeune homme de retrouver la caravane de Hyacinthe. Comme la première fois, il n'osa pas poser le pied sur les marches en bois qui menaient à l'intérieur.

- Je ne suis pas sensé pénétrer chez quelqu'un sans sa permission. Je ne suis pas sensé. Se rappela-t-il lui-même en se tripottant nerveusement les mains.

Mais le chapiteau tembourinait encore et Hyacinthe n'était pas là pour lui donner quelconque permission. Thomas, hésitant, regarda autour de lui. Son regard se porta sur la petite estrade  de bois qui servait de scène à ses marionnettes. Il se souvint alors qu'il était sensé travailler, mais il se souvint aussi de ce qu'il s'était passé il n'y avait pas longtemps. Il frissonna au souvenir de la petite danseuse inerte dans la boue et sentit l'angoisse lui prendre la gorge. Craignant soudain de revoir débarquer la diva, Thomas posa sa main sur le mur de la caravane de Hyacinthe. Le contact du bois solide et froid le rassura. Il n'en fallu pas plus au jeune homme pour le motiver à pénétrer dans la caravane, même sans permission.

Se ruant à l'intérieur, il trouva un recoin sombre et s'y recroquevilla, le souffle court. Il ne prêta pas attention aux divers objets personnels de Hyacinthe et se contenta de fixer ses chaussures. La peur s'effaça lentement et pourtant Thomas ne quitta pas son petit coin sombre, ni ne releva la tête. Respirant doucement, il se contentait de profiter de l'ambiance chalereuse et rassurante de ce petit recoin de caravane.
Doucement, il se mit à marmonner. C'était une chose qu'il aimait faire pour se détendre, tout particulièrement lorsqu'il s'habituait à une nouveau lieu. Le simple vibrement de ses cordes vocales avait quelque chose de constant, de familier et de doux. Il resta ainsi un certain tant à marmonner joyeusement jusqu'à ce sue le chapiteau cesse de tambouriner et que les longues et fines jambes réaparurent à l'entrée de la caravane.

- Tu dois me donner la permission ! dit-il sans perdre une seconde en se relevant. Je ne suis pas sensé pénétrer chez quelqu'un sans sa permission, sinon on risque de me prendre pour un voleur. Mais je ne suis pas un voleur. précisa-t-il d'un ton un peu boudeur.

- Oh et merci. Clémentine à dit que je devais dire merci parce que j'avais peur et maintenant je n'ai plus peur et c'est grâce à vous. Donc merci. Oh et je dois aussi dire merci parce que tu as sauvé Clémentine et je vous t'en suis très reconnaissant. Donc merci. Mais j'ai déjà dit merci trop de fois alors il faut que je retire des mercis. Je retire des mercis.

Thomas se remit à faire les cent pas sans s'en rendre compte. Passant devant Hyacinthe sans jamais croiser son regard, il finit par faire son chemin jusqu'à son lit et s'assit sans un mot. Excepté :

- Je suis heureux que tu ne sois pas mort. ajouta-t-il d'un ton très neutre.





créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Where there is light shadows lurk and fear reigns   Jeu 25 Sep - 15:57





Where there is light shadows lurk and fear reigns

    Thomas observa silencieusement l'homme s'asseoir et lentement trouver la même position dans laquelle il s'était mit quelques instants auparavant. Cette vision l'intrigua sans pourtant l'agiter. De ce simple geste inconscient, l'artiste parvenait à se rapprocher de Thomas plus efficacement que toute parole ou contact visuel. Loin dans l'esprit du marionnettiste, un mince espoir de trouver quelqu'un qui le comprenne, même un tout petit peu, se mit à briller.

Le jeune homme détourna le regard et se mit machinalement à tripoter ses doigts. Une manie qu'il avait lorsque aucune de ses marionnettes ne nécessitait ses actions.
- Oui mais Clémentine a dit qu'il fallait le dire, alors je le dis. commenta-t-il doucement alors que Hyacinthe se débarrassait de ses accessoires de scène.

Ce n'était pas tant par obligation que par volonté que Thomas répétait toutes ces phrases avec insistance. Sa condition lui donnait beaucoup de difficultés à comprendre ne serait-ce la plus simple des interactions sociales. Quand dire bonjour, quand dire au revoir, quand dire merci, quand dire de rien... Comprendre que "Bon appétit" était une façon d'encourager quelqu'un à prendre un repas et non une réelle évaluation de l'appétit de quelqu'un, ou que l'incompréhensible "a un de ces quatre" était simplement une des nombreuses variantes étranges d'une salutation.
Et pourtant, malgré ses difficultés, Thomas faisait toujours de son mieux pour paraître "normal", se forçant à apprendre par cœur ce qui pour les autres venait naturellement. Les marionnettes de Thomas ne souffrait pas du tout de son mal. Au contraire, s'exprimant parfaitement bien, elles étaient celles qui l'aidaient à se rapprocher de cette normalité tant convoitée.

- Oui je sais ça. Mais les accidents ça arrive. Moi je suis déjà tombé plusieurs fois mais je ne suis pas mort. Mais on ne sait jamais... Si par exemple tu étais sur une échelle, pour réparer une ampoule et... et une échelle ça peut être haut. Et tu tombes. Tu ne mourrait pas parce que tu es solide et grand. Mais si jamais quelqu'un avait ouvert la cage des tigres. Et j'aime les tigres mais parfois ils sont dangereux, surtout quand ils ont faim ou qu'ils ont peur. Et que tu tombais sur un tigre ! Ce ne serait pas de ta faute mais le tigre ne le saurait pas et il serait énervé ! Et il t'attaquerait et tu ne pourrais pas t'enfuir parce que tu te serais foulé la cheville en tombant ! Et il te coincerait au sol et il te grifferais et il mangerait tes... Non je suis en train d'être indécent. Je suis indécent. finit-il soudain en se recroquevillant sur le lit, fixant avec intensité les plis qui se créèrent sous lui.

- Je vais bien. Je vais bien. dit-il néanmoins lorsque Hyacinthe se tourna vers lui. J'ai eu peur tout à l'heure et j'ai toujours peur de revoir la méchante pimbêche. C'est pourquoi je suis rentré sans permission. Parce que j'avais peur. Je ne suis pas un voleur. J'aime bien ici. C'est solide et ça a des coins. Ma cave avait des coins. J'aimais bien ma cave. Et j'aime bien ici. Et je t'aime bien. dit-il d'une voix douce et distraite alors qu'il se mit à caresser le drap pour jouer avec les plis.



créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Where there is light shadows lurk and fear reigns   Jeu 2 Oct - 19:09




Where there is light shadows lurk and fear reigns

    The Crow. Thomas avait comprit en cours de route que c'était là le nom de scène de Hyacinthe. Pourquoi ce nom là ? La question avait effleuré son esprit, mais heureusement pour lui il n'en avait pas fait une fixation. Il savait juste qu'il aimait bien les oiseaux et que les corbeaux était des oiseaux, alors il aimait bien ce nom de scène.

Le marionnettiste aimait beaucoup les artistes et leur numéro. Les gestes limpides, les émotions muettes, toute forme d'art qui ne passait pas par la parole le touchait tout particulièrement. Il aurait été ravi de voir les exploit de son nouvel ami, pourtant lorsque ce dernier lui proposa, il se renferma soudainement.

- Non... répondit-il instinctivement avec un petit sursaut. Je n'aime pas... Je n'aime pas le chapiteau. C'est trop bruyant en dessous. Trop bruyant et les lumières sont méchantes là bas. Je n'aime pas. Je n'aime pas... dit-il tristement.

Car Tommy était bien triste de ne pouvoir apprécier le talent de ses camarade du cirque. Les seules fois où on l'avait obligé à assister à un spectacle, le surplus de stimulation visuelle et auditive l'avait rapidement envoyé se recroqueviller dans un coin, tremblant et hurlant à la mort.

Le jeune homme se balança doucement d'avant en arrière sur le lit de Hyacinthe. Son regard effleura rapidement la silhouette de l'homme et de ses longs cheveux noirs avant de se perdre ailleurs. Il se mordit la lèvres, déçu de ne pouvoir assister à quelque chose qu'il avait pourtant très envie de voir.

- Mais j'ai vu tes rubans et j'aime bien les rubans. Et tes ailes aussi, j'aime bien les ailes. Comme les oiseaux, j'aime aussi les oiseaux. Pourquoi colle-tu des ailes sur son dos ? Pour voler comme les oiseaux ? Comme un corbeau ? demanda-t-il avec un sourire amusé.

C'était là une façon mal exprimée de la part de Thomas de lui dire que peut-être ils trouveraient un autre moyen pour lui faire voir son numéro. Ses mots manquaient leur cible mais sa petite tête s'inclinant avec un sourire tendre communiquait plutôt bien sa volonté et sa joie.

- C'est bien. Emile dit que quand c'est pas réciproque ça fait des problèmes. Et je n'aime pas les problèmes. répondit-il doucement en guise de remerciement pour les mots de Hyacinthe.

Ce dernier vint le rejoindre sur le lit mais Thomas ne sentit pas le besoin de s'éloigner. Hyacinthe avait laissé assez de place et le marionnettiste fut distrait pas le petit rebondissement du matelas. Il écouta ses mots en acquiesçant et en souriant, bien qu'il fixait distraitement les doigts fins de l'homme gratter la surface irrégulière de son genoux.
Sa question sembla faire mouche dans l'esprit de Thomas mais ce dernier ne répondit pas immédiatement comme il l'avait fait jusqu'ici. Son visage alors détendu et heureux s'anima d'un petit froncement de sourcil, comme s'il avait du mal à faire sens de la question. Puis plus il semblait y réfléchir, plus son visage s'assombrit.
- Non. Je- Je n'aime pas cette question. Je n'aime pas cette question, je- Non !
Prit de panique, le garçon s'était mit-il à crier et se recroquevilla sur le lit, les mains plaquées sur les oreilles. Un fil dépassa de sous sa veste.

- Tu vas la fermer oui ?! s'éleva une autre voix soudainement. Graveleuse, sombre et puissante, elle réduisit instantanément les cris de Thomas en faible marmonnements affolés. Putain, on dit que c'est pas contagieux mais ce satané marmot va me rendre fou !

La voix était forte, présente et vibrait comme si quelqu'un de massif s'était matérialisé dans la petite caravane. Mais il n'y avait personne. Personne à part Hyacinte et le petit Tommy complètement terrorisé.

- Non, non, non ! Pas toi. Pas toi ! Tu n'es pas bienvenu ici, tu n'as pas la permission. Pas toi. pas toi ! couina le marionnettiste, toujours recroquevillé et tremblant comme s'il craignait que quelque chose ne lui tombe dessus subitement.

- Chiale en silence, veux-tu ! J'pose mes miches où bon m'semble ! Hurla la voix. Tommy se tut complètement, se résumant alors à un petit bout d'homme tremblant dans un coin.
Même si j'suis pas fan non plus du taudis de la vieille pute. Qu'est-ce que tu fais là hein, Tommy ? Tu viens prendre ton pied avec la vieille pute ? marmonna la voix plus faiblement d'un ton doucereux.
Elle sembla venir directement se loger dans l'oreille du marionnettiste. Peut-être aussi, parce qu'elle provenait de lui.






créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Where there is light shadows lurk and fear reigns   Jeu 2 Oct - 19:10





Where there is light shadows lurk and fear reigns

   
- Non, non, non ! murmura faiblement Thomas, toujours recroquevillé sur le lit de Hyacinthe pour tenter de chasser les mots empoisonnés de la voix.
Mais ce fut au tour du Corbeau de lui une question. Elle fit tressaillir le marionnettiste comme s’il s’était prit une décharge électrique. Serrant si fort sa tête de ses mains, il fit tomber quelques uns de ses cheveux bruns sur les draps.

- NON ! Plus de questions, non ! couina-t-il en se mettant doucement à pleurer. Maladroitement il tomba du lit et se traîna sur le sol pour s’éloigner cette fois-ci de Hyacinthe. L’enfant alla se cacher sous une table dans un coin sombre de la roulotte. De sa veste tomba une vieille marionnette au regard rouge.

Celle-ci tomba inerte et pourtant, les billes de ses yeux semblèrent se poser sur l’autre personne présente dans la pièce. Sa mâchoire légèrement entrouverte lui donna l’air d’exhiber un petit sourire mutin.
- On repassera pour l’entrée flamboyante. se marra la voix d’une voix imbibée de colère mauvaise.

Lentement, les liens de la marionnettes se tendirent, animant doucement son corps vêtu d’un costard noir. Aux bout d’eux, se tenait une ombre, silencieuse et absente. En voyant sa silhouette immobile, son souffle faible et calme et son regard vide fixé sur le fruit de son talent, il était difficile de croire que cette ombre était la même personne que Thomas, celui-là même qui venait de se recroqueviller en pleurant sous la table.
Mais les pleurs avaient disparue, la panique écrasée par l’arrivée de Jeffrey. Ce dernier se releva calmement et épousseta sa veste.

- Salut, vieille pute. On s’amuse avec mon petit Tommy ? dit-il d’un grognement à la fois doux, menaçant et moqueur. T’attends pas à être payer. Il a pas un rond dans la poche et pas un grain dans la cervelle.

Le petit homme s’avança. Petit, mais plus imposant qu’une créature massive. Sa présence seule effaçait celle du petit Tommy. Ce dernier semblait suivre la danse sans résistance comme s’il avait été celui prisonniers des fils de Jeffrey.

- Tu tremble traînée ? T’as peur du bon vieux Jeffrey ? se moqua l'être noir avec un sourire mauvais. Celui-ci s'étendit mécaniquement sur le visage pourtant vide d'émotion de l'enfant. Il n'y avait plus de petit Tommy dans la caravane de Hyacinthe. Seulement ce bon vieux Jeffrey.



créée par Matrona
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Where there is light shadows lurk and fear reigns   

Revenir en haut Aller en bas
 
Where there is light shadows lurk and fear reigns
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vickers Light Tank Mk.VI - 1st Armoured Division B.E.F. 1940
» Fear Itself : Dark Memories
» Bleach 325: Fear for the fight
» ORCA F3J (F3B light au vu de la rigidité)
» Cruzcampo Light

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lynage :: Forums RPG :: Dark Circus :: Thomas Daventry-
Sauter vers: