Lynage

Un forum personnel pour stocker et essayer des écrits et designs sur forumactif
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Why won't you stay away?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Why won't you stay away?   Dim 9 Nov - 14:19

Lincoln & Sarella

Stay Away


Les zombies, il s'y était fait. Tous les changements et les retournements qu'impliquait l'Apocalypse, Lincoln s'y était adapté avec une aisance peu commune. Tuer des zombies faisait partit de la routine, tout comme la quête constante de vivres pour continuer l'aventure. C'était ainsi que la vie devait se passer maintenant et il l'avait accepté. Mais ce qui ne manquait pas de creuser une ride dans le front du souriant mécano, c'était d'entendre un cri fendre le silence paisible du lieu où il se trouvait.

Sursautant et faisant volte-face pour localiser la source des hurlements d'horreur, Lincoln agrippa la boite de pâte et la casserole qu'il venait de dénicher dans le cabinet d'une des vielles maisons du quartier. Sans prendre la peine de prendre plus que ce qu'il avait déjà dans les mains, il se précipita dehors avant de se retrouver piégé à l'intérieur. Les rôdeurs s’amassaient déjà lentement dans le petit quartier résidentiel. L'homme aperçu un arbre assez grand pour y grimper et attendre silencieusement que le gros de la horde fasse son chemin jusqu'à la source du bruit pour ensuite sauter et prendre la fuite sans demander son reste.
Mais son regard bleuté se porta sur l'une des maisons adjacentes. A travers l'une des fenêtres, il avait rapidement aperçu une silhouette coiffée d'une chevelure blond attirer son attention quelque minutes plus tôt. Il avait esquissé un petit sourire amusé en la voyant faire tranquillement son shopping mais ne s'était pas éternisé.

Son attention fut soudainement attirée par cette même silhouette sur le toit de la maison. Bouche bée et intrigué, il l'observa atteindre le toit suivant en utilisant les câbles électriques hors tensions. Elle pénétra dans la maison, mais Lincoln n'était pas sûr qu'elle se trouvait en meilleure posture que dans la précédente habitation. L'endroit était encerclé de rôdeurs.

Perdu dans sa contemplation, Lincoln entendit un grognement juste derrière son épaule et se retourna violemment, fracassant sa casserole sur la tête du rôdeur. Maintenant que l'autre pauvre homme avait cessé de hurler, lui aussi devenait une cible potentiel de l'appétit des morts.
Armé de son tout récent ustensile de cuisine, il dézingua rapidement les quelques créatures tournées vers lui.

- HEY ! se surprit-il à héler.

Quelques rôdeurs se retournèrent lentement vers lui. Quelque part, Lincoln se disait que c'était quelques zombies en moins à la poursuite de la fille. Il pouvait très bien gérer quelques zombies. Mais étrangement frustré que son appel n'en ai détourné que quelques uns, le mécano se mit à siffler et cogner la casserole contre un poteau, créant un vacarme inimaginable. Assez fier de lui, il vit rapidement toute la bande se détourner et revenir vers lui.
Bien sûr, il dût rapidement se rendre compte que le nombre dépassait largement ce qu'il pouvait gérer. Lâchant un petit rire stressé, il abattit deux trois zombies avant de se mettre à courir comme un dingue. Sautant par dessus des barrières, montant sur de petits murets et surtout, ne ralentissant pas une seconde, il évita habilement les corps à la lenteur notoire. L'important était surtout de ne pas se faire agripper, de ne jamais se laisser encercler et de bouger, toujours bouger.

Pourtant en passant devant la maison, il s'arrêta un instant en voyant la jeune blonde sortir. Il l'agrippa par réflexe mais ne s'attendit pas du tout à ce qu'elle réagisse aussi violemment.

- WOAH ! s'exclama-t-il, surprit et paniqué. Mais la proximité des rôdeurs et la lame qui pinça doucement la peau de son coup le força à tout de suite baisser d'un ton.

- Woh, du calme, du calme ! souffla-t-il. J'suis vivant ! Okay ? Regarde, je respire, je parle et j'suis plutôt beau gosse ? Mais l'humour du mécano se perdit dans le vaste univers sans même effleurer la jeune fille. Le regard sombre et intense de cette dernière força Lincoln à revoir ses propos. Il n'était pas sûr que tuer quelqu'un de vivant lui pose vraiment un problème.

- E-Ecoute, fais pas ça. Tu voudrais pas tâcher tes tout nouveaux vêtements hein ? rappela-t-il avec un sourire mais un regard quelque peu affolé.
Malgré ses efforts pour se calmer et chuchoter aussi faiblement qu'il le pouvait, Lincoln entendit le grognement de la meute qu'il venait juste de semer les entourer lentement. Son visage s'assombrit lentement, son sourire disparu alors qu'il plongea son regard
- Ok, si tu veux me tuer, tue-moi maintenant et barre-toi. Tu vas seulement réussir à nous tuer tout les deux à rester ici. Sinon enlève-moi ça. Va falloir courir vite.
Ne prenant pas vraiment la peine de deviner la décision que prendrait la blonde, Lincoln profita du moment pour saisir son poignet. Il se mit subitement à courir en la tirant derrière lui. De toute manière il n'avait pas vraiment envie d'attendre sagement si la jeune femme décidait de prendre son conseil en lui plantant son couteau dans la gorge.
Il ne savait pas trop pourquoi il l'avait agrippé et la trimbalait très probablement contre son gré dans sa fuite. Il serait bien plus en sécurité en sachant qu'elle et son couteau étaient loin, mais c'était devenu un réflexe d'attraper ce qu'il avait devant lui avant de prendre la fuite.

Mais les morts les avaient déjà presque complètement encerclés. Formant des masses compact impossible à traverser, ils obligèrent le duo de fortune à se diriger dans la seule direction, celle d'un grand bâtiment entouré d'une grille cadenassée. Lâchant la jeune femme, le mécano prit élan dans sa course pour sauter sur la grille et se hisser par dessus. Il s'arrêta au sommet pour se retourner vers la jeune femme.
- Aller grimpe ! Attrape ma main ! cria-t-il en lui tendant la main.

Il la hissa et tous deux atterrirent de l'autre côté de la grille. Le gros de la horde allait être au moins temporairement arrêtée par cette dernière, mais il y avait aussi des rôdeurs dans la cours qui se retournèrent lentement vers les deux intrus.
- Dernière ligne droite pour avoir ce fessier de rêve mesdemoiselles ! Aller ! souffla Lincoln en reprenant la course vers le bâtiment. Défonçant la porte d'entrée, il attendit que la jeune blonde le rejoigne avant de bloquer avec un manche à balais échoué non loin.

- Et ça ne veux pas dire que tu as permission de m'attaquer maintenant ! dit-il alors en se retournant vers elle, encore haletant de leur course effrénées. S'il-te-plait... Ne... N'essaye pas de me tuer, d'accord ? ajouta-t-il d'un ton un peu plus doux, esquissant même un petit sourire d'encouragement.

Son regard se porta ensuite sur le lieu dans lequel ils s'étaient enfermés. Prenant la clé à molette pendant à sa ceinture, il prit une profonde inspiration. C'était loin d'être fini.
- Enfin... C'est pas pour t'encourager, hein... Mais tu va peut-être regretter ne pas m'avoir planter tout à l'heure. Je sais pas du tout si y en a plus à l'intérieur avec nous, ou dehors...
Il lâcha un petit rire avant de s'avancer lentement dans l'entrée.

- Garde les yeux ouverts et matte pas trop mon cul, okay ? ajouta-t-il d'un ton mélodieux sans pourtant se déconcentrer.










Dernière édition par Admin le Mar 23 Déc - 16:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Why won't you stay away?   Mer 19 Nov - 8:52

Lincoln & Sarella

Stay Away


Se sentant soudainement tiré par son acolyte, Lincoln cru un instant qu'elle s'était finalement décidée à l'assassiner. Il tenta de la repousser mais ils finirent tous les deux dans un placard à balais étroit. Il s'apprêta à protester et plaider pour sa vie un minimum mais la blonde lui fit rapidement signe de se taire. Il eu une petite grimace intriguée mais les quelques secondes qui passèrent sans intestin perforé ou gorge tranchée lui fit comprendre qu'elle ne l'avait pas attirée ici pour le tuer. Ce n'est seulement qu'en la voyant se concentrer sur les sons venant de l'extérieur qu'il entendit à son tour.

De lourds pas s'approchèrent lentement de leur cachette. Vu leur rythme et les tintements qui les accompagnaient, les inconnus devaient terminer une fouille des lieux.

Le joyeux duo n'avait pénétré dans le bâtiment que pour échapper à la horde de dehors mais Lincoln se sentit un peu triste en entendant le son prometteur d'autant de ressources. Il manquait assez en ce moment, c'était la raison pour laquelle il s'était aventuré dans les maisons d'Iverness tout en sachant que d'autres étaient dans les parages. Il ne s'était cependant pas douté que les lieux étaient aussi fréquentés.

Les pas ralentirent, cherchant sûrement quelques dernières bricoles avant de quitter le bâtiment. Lincoln songea au joyeux comité de départ que lui et sa camarade d'infortune leur avait préparé. Deux voix d'hommes s'élevèrent alors, puissantes, rauques et agacées.

- Nan mais t'y crois toi ? grogna l'une comme si elle se débarrassait d'un avis longuement ressassé. Moi je met mon cul en danger tous les jours pour leur ramener de quoi grailler ! Tous les jours ! Sans nous ils survivraient pas une semaine.
- Ouai carrément. acquiesça la seconde voix d'un air plus distrait, continuant sûrement sa quête.
- Et lui il fait quoi pour nous, hein ?
- Ben y a son van et les petits plats à...
- Nan tu comprends pas. Ça c'est rien ! Rien comparé à ce que nous on donne ! Si il veut continuer à partager nos trouvailles, il devra au moins partager la p'tite fleur de sa femme.  C'est la moindre des choses.

- Charmant... songea Lincoln.
Seulement il se rendit compte avec horreur en sentant la jeune fille se crisper contre lui, qu'il n'avait pas simplement songé ses paroles. Les conséquences de son petit lapsus ne tardèrent pas et bientôt une des deux voix rugit, accompagnée de sons de fusils prêt à tirer.
- Qui est là?
Lincoln se mordit la lèvre et jeta un regard et un petit sourire désolé et quelque peu paniqué à sa colocataire de cachette. Retenant son souffle, il espérait que les hommes pensent s'être imaginé cette troisième voix. Mais ça n'allait pas être aussi facile.
- Je sais que vous êtes là... Montrez-vous ! Montrez-vous avant que je vous trouve par moi même et que je nourrisse vos questions entrailles à la p'tite cuillère à un zombie !
Lincoln eu un petit sourire défaitiste et agacé. S'armant de courage et de détermination, une lueur intense brilla dans ses yeux lorsqu'il mit la main sur la poignée. De l'autre cependant, il força la jeune fille à rester au fond du placard. Se retournant une dernière fois vers elle, il mit un doigt sur sa bouche pour lui faire signe de rester cachée et silencieuse.

- Ne tirez pas. Et pas besoin non plus de sortir la petite cuillère. dit-il d'une petite voix en sortant les mains en l'air, prenant soin de se glisser dans l’entrebâillement avant de s'adosser à la porte d'un air craintif pour la claquer sans que cela ne paraisse calculé. Puis doucement, il s'en éloigna.

Il fit face aux deux hommes, leur sacs à dos bombés et leurs gros fusils. Lincoln eu du mal a ne pas grimacer. L'image était encore pire que ce qu'il avait pu imaginer en écoutant simplement. Le plus petit des deux hommes et le plus barbus lui offrit un sourire mauvais parsemé de dents pourries. L'autre, plus émacié, se contenta de le fixer comme si ses yeux vides n'avaient été que d'autres armes pointées sur sa cible. Le mécano pouvait jurer qu'il avait rencontré des rôdeurs plus attrayant que ces deux lascars.

- Ah le voilà le p'tit malin. Qu'est-ce que tu fais là ? demanda le petit de la voix que Lincoln reconnu comme le fervent partisan du partage de petites fleurs.

- J'habite ici. J'aime bien les placards à balais. J'ai passé toute mon enfance dans le placard sous l'escalier de mon oncle et ma tante. Mais je le vis bien parce qu'un jour un gros barbu est venu me dire que j'étais un putain de sorcier. Vous le connaissez peut-être, il vous ressemble pas mal. Il s'appelle Hagrid ?
Les deux hommes ne bougèrent pas d'un poil, ni leurs fusils. Le grand fronça les sourcils comme s'il essayait de résoudre un problème de physique quantique alors que l'autre fixa Lincoln comme s'il faisait face à un fou. Lincoln n'en cru pas sa tête. Choqué, il baissa les bras et en oublia presque qu'il était à deux pas de se faire descendre.
- Aller franchement ! Harry Potter ? Nan ça vous dit rien ? Tout le monde l'a lu ! Oh. Pardon. Peut-être que vous ne savez pas lire ?

- Ta gueule et répond à la question ! beugla le grand en agitant furieusement son fusil.
Lincoln remit ses main au dessus de sa tête et glissa encore un peu plus loin du placard pour qu'il ne se trouve plus sur la trajectoire de tir.
- Ben j'me cachais ! répondit-il sans s’empêcher de glisser un peu de dédain dans ses paroles. J'ai entendu des bruits et j'ai eu peur que ça soit des zombies ou alors deux mecs pas super subtiles armés jusqu'aux dents.
Le petit s'approcha soudainement et asséna au mécano un violent coup de crosse dans le ventre. Lincoln se plia en deux devant l'homme barbu qui ne lui paraissait plus si petit que ça de plus près.
- Fait le malin ! Tu fais quoi que ce soit et Gérard ici présent te fait un nouveau trou de balle ! rugit-il en commençant à le fouiller sans délicatesse.
- J'espère pour vous que Gérard ici présent sait bien viser. grommela Lincoln en jetant un regard noir au grand gaillard qui ne le quittait pas du regard.
- Où sont tes armes ! aboya le barbu en ne trouvant rien en dehors des outils accrochés à la ceinture du mécanicien.
- Je suis contre la violence.

La remarque lui valu un nouveau coup de crosse, cette fois-ci au visage. Lincoln tomba au sol, un peu sonné et se releva difficilement. Il sentit un filet de sang couler le long de sa tempe.

- J'utilise ma clé à molette, ou mon tournevis, ou tout ce que je peux trouver. C'est pas comme si les flingues poussaient sur les arbres !

Le fouilleur arbora un petit sourire fier en voyant le guignol se faire plus docile. Peu intéressé par de vieux outils ensanglantés, il fouilla les poches du mécano. Il prit le paquet de pâtes et mit la main sur le porte-feuille en cuir noir de Lincoln. Ce dernier eu un soubresauts pour le récupérer mais arrêta rapidement son geste.
- Non ! J'ouvrirais pas ça si j'étais toi. Ces... Ces derniers temps la seule utilité que j'ai trouvé aux billets c'est pour...  ben pour me torcher le cul. annonça-t-il. Mais la douleur et la nature de l'objet l'empêchait d'être réellement convaincant.
- Hm. T'es vraiment un comique toi. ronronna le barbu en ouvrant le porte-feuille avec délectation. Lincoln baissa la tête. Il n'avait pas besoin de regarder pour savoir ce que l’intrus y trouverait. Des photos de sa vie passée. De ses grands parents, Johanna, son père, Paris.
- Et ça ? Tu te torche le train avec ça ? Lincoln défia le barbu du regard sans oser regarder directement la photo de Johanna qu'il brandissait. Il ouvrit la bouche prêt a sortir une remarque cinglante mais rien ne vint. Il avait seulement envie de lui arracher la photos des mains de l'insulter de tous les noms, mais un rapide coup d’œil vers le grand complice pointant toujours son arme sur lui l'en dissuada.

- Hm... Elle est bien mignonne celle là. C'est qui ? Ta meuf ? Ta fille ? Elle est où ?
- Ça vous regarde pas. répondit-il sombrement.
- Encore un qui a pas comprit comment ça marche ici ! Dans ce monde, tu partage ou tu meurs. menaça le petit barbu en brandissant son fusil pour le pointer sur la tête de Lincoln. Ce dernier ne cilla pas. Il se releva doucement sans s’éloigner du canon du fusil et s'arma d'un petit sourire sombre.
- C'est toi qui comprends pas comment ça marche. C'est pas a moi de partager quoi que ce soit. Par contre, t'as qu'à lui demander toi-même comme un grand gaillard ? Qui sait, si ça se trouve on sera tous chanceux. J'ai toujours voulu avoir un plan à quatre. Le partage, pas vrai ?
Les deux compères grimacèrent et Lincoln ne leur laissa pas plus de temps pour réagir. Ouvrant la porte d'entrée en ôtant le manche à balai qui la bloquait, il se mit à crier.
- Johanna ? JOHANNA ! HEY HO JO !
Les quelques zombies dans la cours se retournèrent et s'approchèrent de l'entrée de leur pas traînants. Mais Lincoln continua d'appeler en espérant agiter un peu plus la horde dehors qui poussait déjà dangereusement sur le portail d'entrée.
La confusion et la surprise pouvait être à son avantage. Vu leur allure et leurs armes, la vue de dizaines de rôdeurs allaient sûrement les faire paniquer et tirer sans retenue. Lincoln, lui, savait que la meilleure solution contre une horde était encore la diversion et la fuite. Il fit semblant de ne pas remarquer le mangeur de chair qui n'était plus qu'à quelques mètres de l'entrée, malheureusement son grognement guttural attira l'attention des deux lascars.
- Il est en train d'attirer tous les bouffeurs vers nous ! cria le grand en se précipitant pour refermer la porte.
Lincoln tenta de le frapper avec le manche à balais mais l'autre ne tarda pas à lui sauter dessus et l’étrangler avec son fusil.
- Tu commences sérieusement à me gonfler ! rugit-il avant de le balancer contre la porte du placard.
Ne laissant aucun temps de répit au mécano, il plaça le bout de son fusil entre ses deux yeux. Le grand accourut pour seconder son compagnon, laissant la porte d'entrée assaillie par la horde seulement bloquée par un petit bout de manche à balais.
- Dernière chance. Où est-ce que tu planques cette petite blondinette. grogna le barbu d'un air menaçant et bestial.
Il aurait été beaucoup plus simple et efficace de dire que Johanna était morte depuis maintenant plus d'un an, pourtant ces mots là ne sortirent pas.
- Elle est pas là putain ! grogna Lincoln à son tour, protégeant inconsciemment la porte du placard à balais de son corps. Le barbu sembla prêt à appuyer sur la gâchette mais un déclic l'en empêcha. Son regard se posa sur le placard à balais.
- Non !  cria Lincoln alors que le barbu le balançait sur le sol pour l'écarter de la porte. Il se rua sur lui alors qu'il ouvrit la porte, révélant l'autre jeune blonde. L'attrapant à la gorge, il le tira en arrière et hurla.
- Jo sauves-toi !








Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Why won't you stay away?   Jeu 15 Jan - 17:14

Lincoln & Sarella

Stay Away


Alors qu'elle termina sa petite fabrication, la jeune blonde se retourna et lui cracha toute sa rancœur et son amertume au visage. Oh elle n'était pas la petite femme perdue dont elle avait l'air, ça Lincoln l'avait bien comprit quand elle avait manipulé ces hommes pour les abattre de sang froid. Ce qu'elle avait fait, elle avait eu raison de le faire. Lincoln savait que la situation n'aurait put qu'empirer si les deux lascars étaient encore en vie. Pourtant ce qui le dérangeait, c'était ce manque de réticence, ce sang froid méticuleux qui lui avait fallu pour attirer ces ennemis dans son piège comme si cela avait été prévu depuis le début. Alors qu'il avait cru reconnaître en ces traits doux une alliée de fortune, il se trouvait maintenant dans le même camp qu'une tueuse qui avait cédé au raisonnement sauvage de la survie. "Eux ou moi."

Mais elle lui cracha bien plus que son refus de se laisser faire faire la morale par un inconnu. Avant que Lincoln ne puisse rétorqué que lui aussi avait survécu jusqu'ici sans avoir eu à décimer le peu d'êtres humains encore vivant sur cette Terre, des mots s'échappèrent de sa bouche. Des souvenirs. Lincoln resta interdit devant ce qu'elle décrivait. Il fut si déstabilisé par ce qu'il apprenait qu'il la laissa dire ce qu'elle voulait. Que pour lui tout ça n'était qu'un jeu et qu'il prenait les choses à la légère. Mais n'était-ce pas elle qui revendiquait deux meurtres froid comme une évidence et une nécessité ? S'il y avait bien une chose que Lincoln ne prenait pas à la légère, c'était la vie d'une personne.

Sans le vouloir, il lui obéi en se taisant. Il ne réagit que lorsqu'elle s'éloigna pour grimper sur une table.

- Où vas-tu ? demanda-t-il bêtement, oscillant entre l'inquiétude et la méfiance.

Mais elle ne prit pas la peine de lui expliquer plus que ce dont elle avait besoin. Elle non plus n'avait pas l'intention de rester bien longtemps avec "Mister Blague". Il l'observa se glisser dans le tuyau d'aération et faute de savoir quoi faire d'autre, il s’exécuta et lui passa ses affaires. Silencieusement, il la regarda ramper puis disparaître en se retenant de glisser un nouveau commentaire malvenu sur la vue qu'il avait sur son joli postérieur.

De nouveau seul, Lincoln en profita pour remettre de l'ordre dans ses idées. Il sauta à bas de la table et observa la cuisine. Machinalement, il fouilla les cabinets mais ceux-ci avaient déjà été vidés depuis longtemps. Alors qu'il vérifiait une dernière fois qu'il n'y avait d'autres issues que les fenêtres ou la porte qu'ils avaient barricadé avec un frigo, il ne put s'empêcher de repenser à ce que la jeune blonde avait dit.
Le viol, les agressions, la grossesse forcée... Il n'avait pas voulu tout retenir en détail mais l'un d'eux, aussi insignifiant qu'il paraissait, lui revint à l'esprit. Sarella la petite serveuse de dîner.
Lincoln retint un petit rire étrange. Avec ce genre d'attitude, elle ne devait pas faire beaucoup de pourboire.

Lincoln se hissa sur un comptoir puis sur une hotte pour s'approcher d'une des fenêtres de la cuisine. Il se rendit compte avec horreur que cette issue n'était pas plus attrayant que la porte derrière laquelle se tassaient de nombreux rôdeurs. Autour du bâtiment erraient de nombreuses silhouettes courbées. Pour l'instant elles marchaient sans but réel mais Lincoln serait obligé de briser la vitre, ce qui finirait par attirer leur attention. Certains étaient à moins d'un mètre de là où il émergerait.
C'est au moment même où le mécano comprend les plans de la blonde et de sa petite bombe artisanale que la détonation se fait entendre. Il fit volte-face avec horreur mais biensûr, ce n'était pas comme s'il allait voir Sarella émerger soudain du long tunnel où elle s'était engouffré. Se retenant de tenter la même acrobatie pour la rejoindre, Lincoln se crispa. Il regarda sans joie, les morts à l'extérieur se diriger vers la source du bruit en poussant des grognements avides.
Choisissant le moment opportun, il donna de puissant coup de coude dans la vitre qui se brisa. Habillement, il sauta hors de la cuisine et dégaina le tournevis à sa ceinture pour s'occuper des quelques zombies qui l'avaient remarqué.

La voie était libre jusqu'aux champs et la fumée qui commençait à s'élever de la bâtisse allait sûrement attirer toute la horde aux alentours. Cela signifiait gros danger pour ceux à proximité, mais sécurité assurée pour ceux un peu plus loin. Pourtant, Lincoln ne se mit pas à courir, continuant de transpercer les crânes pourris des rôdeurs, même ceux qui ne lui portait pas d'attention. Comme lors de sa première rencontre avec Sarella, il eu cette réflexion. Après tout, ça ferait toujours un mangeur de chair en moins à ses trousses.
Plus il transperçait des crânes à un rythme qui devenait mécanique, plus son esprit divagua vers un endroit étrange. Un petit dîner perdu dans l'Amérique. Au bord d'une des autoroutes traversant le Texas peut-être ? Et cette jeune blonde, souriante, aimable, celle que tous les vieux truckers adorent et qui leur donne envie de s'arrêter à ce diner à chaque fois qu'ils traversent l'état.

Peut-être qu'il ne s'était pas vraiment trompé au final. Peut-être que cette jeune fille avait été perdue, effrayée et avait eu besoin de secours, un jour. Mais personne ne lui était venu en aide. Soudain une idée brilla dans un coin de l'esprit du méchano. Un souvenir plutôt, lequel il ne parvenait pas vraiment à éclaircir. Cette jeune femme blonde qui lui rappelait Johanna. Il l'avait croisé quelque part.

Un bruit de verre brisé le sortit de ses pensées. Il retira son tournevis noir de chair et de cervelle putride d'un dernier rôdeur avant de voir Sarella sauter hors du bâtiment en flamme à son tour. Heureusement, il avait déjà bien nettoyé les environs. Malheureusement, il se rendait seulement compte du temps qu'il était resté dans les environs. A l'horizon, une masse grouillante noire avançait comme une lente et létale vague de pétrole.
La blonde ne s'était pas autant attardée que lui et avait déjà commencé à prendre la fuite vers les champs. Il la suivit plus par instinct que par choix conscient.

- Pour être honnête, je pense que ton cul est bien plus joli que le mien ! dit-il alors qu'il arrivait à son niveau.

Il s'engouffrèrent dans les champs, les hautes herbes s'élevant plus haut que leur tête. C'était un bon lieu pour se cacher et être discret mais aussi pour se faire prendre par surprise. Dans leur course, ils durent plusieurs fois dévier de justesse pour ne pas percuter un mort-vivant apparaissant au milieu du champ.
Un moment, Lincoln cru qu'il avait perdu sa camarade de galère derrière un mur de plantation. Il ne s'en affola pas, se forçant à se rappeler qu'il n'avait de toute manière pas l'intention de rester avec elle. Pourtant il ne put s'empêcher d'être soulagé lorsqu'il vit réapparaître non loin sa silhouette élancée.

- Bon ben ! Je sais pas si t'as l'intention d'aller rejoindre ton petit camarade prit en casse croûte, mais moi je compte bien rester loin d'Iverness pour un bon moment. Y a un bosquet prêt d'un lac là-bas, je crois que j'vais me prendre une petite semaine de vacances ! Et j'ai des pâtes !

Les mots sortirent de sa bouche sans qu'il ne réfléchisse vraiment à ses paroles. C'était si naturel et Lincoln n'était pas de ceux qui aimait particulièrement se prendre la tête. Et puis, ils couraient, ils avaient bravé la mort ensemble, avaient déjà eu leur première dispute. Cela pouvait tout autant faire office de rencart que d'au revoir.

Sans plus tarder, Lincoln dévia de sa course pour rejoindre le lieu dit. Il savait qu'il conviendrait car il avait déjà passé quelques nuits là-bas et y avait laissé quelques affaires encombrantes. En tout cas, il avait eu sa dose de civilisation pour un sacré moment.








Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1356
Date d'inscription : 22/09/2011

MessageSujet: Re: Why won't you stay away?   Ven 23 Jan - 19:08

Lincoln & Sarella

Stay Away


" Plus on est de fou, plus on rit !" voulu-t-il répondre lorsqu'elle lui annonça qu'elle n'était pas seule mais les mots ne parvinrent pas à sortir de sa bouche. Il ne s'y attendait pas. Il avait encore du mal à détacher la jeune femme de son apparence de jeune fille perdue et sans défense, malgré ses actes et son évidente débrouillardise. Il se souvenait de l'autre pauvre bougre qui s'était malheureusement fait étripé plus tôt et n'avait pas songé qu'il puisse y en avoir d'autres encore.
Lincoln était quelqu'un de très sociable. Et avant l'apocalypses, il était le premier à vouloir se faire de nouvelles connaissances. Mais depuis, et au fil des mauvaises rencontres, il avait apprit à se méfier. Il avait déjà mal jugé Sarella et bien qu'il appréciait tout de même cette froide Lara Croft au passé tragique, il n'était pas spécialement pressé de renouveler l'expérience. Il n'avait pas prit la jeune blonde comme quelqu'un de très sociable ou solidaire mais encore une fois il s'était trompé. Quel genre de personnage pouvait partager la vie d'une personne comme Sarella ? Lincoln n'en avait aucune idée. Il tenta de ne pas trop spéculer lorsqu'elle-même - qui ne considérait pas le meurtre comme quelque chose de répréhensible - qualifia son dit compagnon de "fêlé". Il se concentra sur l'important : le lac, le campement, les pâtes.

Il quitta sa partenaire avec un petit sourire et continua dans sa course. Il ne s'arrêta pas de courir jusqu'à ce qu'il atteigne le lieu qu'il avait repéré quelques jours auparavant. S'adossant à un arbre pour reprendre son souffle, il observa la surface miroitante du lac d'un air songeur. Ce moment était comme un étrange écho du passé qu'il n'était pas sûr de réellement apprécier. Regrettait-il sa proposition ? Il ne savait pas vraiment et préférait ne pas trop y réfléchir, de peur de revenir sur sa décision. Ce qui est dit est dit et après tout, il ne s'était engagé à rien d'autre qu'un plat de pâtes.
Sur cette pensée, Lincoln récupéra le sac qu'il avait dissimulé dans un tronc creux non loin. Il sortit son matériel pour commencer à établir son camp. Utilisant l'eau du lac qu'il commença à faire bouillir, il oublia ses tracas dns la préparation du repas et se mit à sifflotter joyeusement. Celà faisait longtemps qu'il n'avait pas eu d'invités.

Il les vit arriver un peu plus tard et ne put s'empêcher de regarder avec curiosité l'homme qui accompagnait Sarella. Grand fort et quelque peu intimidant et pourtant son regard et son expression véhiculait un certain calme rassurant. Lincoln se releva et approcha les deux arrivant avec son habituel sourire convivial. Il serra la main de Dante et acceuilli sa force avec un nouveau sourire. Il ne savait pas pourquoi mais ça avait quelque chose de rassurant. Là où Sarella s'était révélée être une joli fleur fourbe et empoisonnée, cet homme donnait l'impression de simplicité, de confiance et de solidité. Lincoln ne savait pas s'il pouvait se fier à cette première impression mais cela lui suffisait pour accepter ces deux personnes dans son entourage pour l'instant.

- Enchanté ! répondit-il joyeusement. Il ne s'était pas attendu à être si heureux d'être avec de nouvelles personnes et pourtant, maintenant qu'elles étaient là, il se sentait incroyablement bien.

- J'y connais pas grand chose non plus malheureusement. Ajouta-t-il sans complexe. Mais vu les quelques groupes que j'ai croisé c'est peut-être pas plus mal ! On trouvera notre musique.

Un groupe de survie. Lincoln n'avait pas prévu cela dans son avenir prochain et cela faisait longtemps qu'il avait déduit que cela n'était spécialement une bonne idée. Pourtant, avec Sarella et son air fermé et ce grand gaillard de Dante devant lui, il ne parvenait plus à ce dire qu'il préférait être seul. C'était bien son genre de vivre au fil des choses que la vie mettait sur son chemin sans vraiment trop se poser de questions et il ne trouva rien à redire à ce nouveau rebondissement.

- Je sais une chose par contre, c'est que j'ai promis un plat de pâtes ! annonça-t-il avec enthousiasme. Ketchup ou mayo ? demanda-t-il en sortant deux bouteilles de condiments de sa ceinture en faisant une petite danse de présentation.








Revenir en haut Aller en bas
http://lynage.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Why won't you stay away?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Why won't you stay away?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [ANIME/MANGA/VN] Fate/Stay Night
» fate stay night
» [OS] Stay the night ^
» Stay Stuck Pad un produit inpresssionnant !
» Stay Alive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lynage :: Forums RPG :: Survival Instinct :: Lincoln Graham-
Sauter vers: